fbpx
Actualités
Partager sur

Élections régionales 2015: les résultats pour chaque région et l’actualité du second tour

Élections régionales 2015: les résultats pour chaque région et l’actualité du second tour

Coup de massue sur la politique sur la France lors des élections régionales. Le FN devance la droite et le parti socialiste.

Le premier tour des élections régionales a été un véritable coup de massue dans le paysage politique français avec la victoire du Front Nationale qui devient le premier parti de France lors de ces élections. Avec 27,96%, le parti d’extrême droite devance l’alliance de droite (LR, MoDem et UDI) qui atteints les 26,89% et le PS qui obtient 23,33% des suffrages. Malgré tout, aucune région n’a encore donné son verdict et le jeu des alliances pourrait s’enclencher rapidement.

Comment se déroulent les élections régionales

Une élection régionale se passe en deux tours au suffrage universel direct. Si un des candidats obtient 51% des voix dès le premier tour, il n’y aura pas de second tour. Dans l’autre cas, tous les partis ayant obtenu plus de 10% lors de l’élection participeront au second tour. A l’exception de la Corse, où seulement 7% permet de participer à la deuxième semaine.

Résulats élections régionales 2015 1er tour
Résulats élections régionales 2015 1er tour

Le détail des élections par région

Nord-Pas-de-Calais-Picardie:

Les trois candidats sélectionnés pour le second tour des élections sont Marine Le Pen (FN) avec 40,64 % des suffrages, devant le candidat de la Droite, Xavier Bertrand qui est loin derrière avec 24,96% des votes. Troisième parti politique qualifié pour le second tour, le PS obtient 18,12%. Le représentant de la liste socialiste a d’ailleurs annoncé le retrait de sa candidature, espérant ainsi renforcer celle de Xavier Bertrand.

Normandie:

Dans les élections de la Normandie réunie, c’est Hervé Morin, le représentant de la liste de droite, qui culmine en tête avec 27,91% des voies, devant le représentant FN, Nicolas Bay, qui le talonne à 27,71%. Troisième, le socialiste Nicolas Mayer-Rossignol obtient 23,52 %. Contrairement à son homologue du Nord, le candidat socialiste a décidé de maintenir sa liste pour le second tour. Il y aura donc une triangulaire en Normandie.

Ile-de-France:

C’est l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, Valérie Pécresse, qui est en tête avec 30,51% des voix. Second, on retrouve le président de l’assemblée nationale, Claude Bartolone qui pointe à 25,19%, devant le candidat frontiste qui ne passe pas la barre des 20% et se bloque à 18,41% des suffrages exprimés. Avec les 8% obtenus par les écologistes et les 6,63% du Front de Gauche, il semblerait que parti socialiste soit favori lors du second tour. Mais reste à savoir si les électeurs franciliens reporteront leur vote au PS. Il y aura donc une triangulaire en Ile-de-France

Pays de la Loire:

La liste des partis de droite est largement en tête dans la région. Avec Bruno Retailleau en tête de liste, elle obtient 33,49% des suffrages. En seconde position arrive le candidat PS, Christophe Clergeau, avec 25,75%, devant le la liste FN de Pascal Gannat qui passe tout de même la barre des 20% (21,35%). Il y aura donc une triangulaire dans la région, mais ici, la liste de la Droite semble favorite.

Bretagne:

La Bretagne est la région qui vote le plus à gauche. C’est en tout cas ce qui ressort avec la très nette avance de Jean-Yves Le Drian qui obtient 34,92% des voix lors de ce premier tour. A la seconde place on retrouve Jena-Marc Le Fur qui le suit avec 23,46% des suffrages. Satisfaction, le candidat FN, Gilles Penellen affiche un des plus faibles scores du parti avec seulement 18,17%. Une satisfaction pour le candidat PS qui a déclaré à l’issu des résultats que « la Bretagne de la confiance c’est celle qui refuse le repli sur soi et le recroquevillement, celle qui rejette l’intolérance et le sectarisme ».

Centre-Val de Loire:

C’est la liste frontiste qui arrive en tête dans la région du Val de Loire. Philippe Loiseau qui obtient 30,49% des voix, devance Philippe Vigier (LR-UDI-MoDem) qui réussit un score de 26,25% et le socialiste François Bonneau (24,31%). Seul un département de cette région, l’Indre-et-Loire, n’a pas voté pour le candidat FN et c’est la liste socialiste qui y arrive en tête. Ne souhaitant pas se retirer, le candidat PS espère encore l’emporter grâce aux report des voix écologistes et du Front de gauche. Se sera donc une triangulaire.

Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes:

La région du sud-ouest de la France verra aussi une triangulaire au prochain tour. Pour le moment, c’est le Parti Socialiste qui remporte le premier tour des élections avec 30,39 % des voix, devant la liste de droite et du centre (27,19%). La liste frontiste arrive en troisième place avec 23,23% des suffrages.

Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées:

Scénario spécial pour cette région qui voit le candidat FN, Louis Aliot, en tête au premier tour avec 31,83% des voix, devante la candidate PS, Carole Delga, qui réalise 24,41%. Si le candidat de la droite, Dominique Reynié, est en dessous des 18,84%, celui-ci a déclaré sur RMC ce matin, qu’il ne retirera pas sa candidature et se présentera lors de la triangulaire. Selon lui, le retrait des candidatures de la gauche ou de la droite ferait le jeu du FN, qui martèle depuis plusieurs années, qui le PS et (anciennement) l’UMP sont les mêmes partis politique.

Provence-Alpes-Côte d’Azur:

C’est la deuxième plus grosse victoire du FN. Marion Maréchal-Le Pen obtient 40,55% des suffrages de la région. Loin devant Christian Estroise et la liste de droite (26,48%) et le faible score de la gauche (16,59%). Si la candidate FN a salué un score « absolument historique », Christian Estrosi a lui déclaré qu’il était « la seule alternative possible à l’extrême droite ». Le candidat PS, Christophe Castaner a de son côté annoncé dans un premier temps qu’il se maintenait, mais a changé d’avis quelques heures plus tard. Il y aura donc un affrontement entre la droite et l’extrême droite lors de ce second tour des élections.

Auvergne-Rhône-Alpes:

Laurent Wauquiez, recueille 31 % des voix. Le candidat Les Républicains devance celui de l’extrême droite, Christophe Boudot (25,52 %) et le candidat socialiste Jean-Jacques Queyranne (23,93%). Ce dernier ne se retirant pas de la course à la présidence de la région, il offrira donc une triangulaire en espérant rallier les électeurs écologiste et du Front de Gauche pour devancer Laurent Wauquiez. Pour le moment, selon les statistiques proposées par les Echos, la droite et la gauche se talonne au second tour.

Bourgogne-Franche-Comté:

Dans cette région, la surprise vient du Front National qui obtient un score plus élevé que les sondages ne le laissé croire. Avec 31,48% des voix, la candidate FN, Sophie Montel, devance le candidat républicains François Sauvadet, qui perdu huit point en parallèle des sondages (24%), mais qui devance tout de même la candidate PS, Marie-Guite Dufay, qui le talonne avec 22,99% des votes. Cette dernière ne souhaitant pas se retirer, la région devra choisir au second tour lors d’une triangulaire.

Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes:

Candidat dans cette région, le vice-président du FN, Florian Philippot, est arrivé largement en tête avec 36,06% des voix. Il devance la liste de droite avec en tête de liste Philippe Richert (25,83%) et le candidat PS Jean-Pierre Masseret (16,11 %). Malgré les consignes de son parti et son faible score, le candidat socialiste a annoncé qu’il se maintenait pour le second tour. Il y aura donc une triangulaire.

Corse:

Région un peu spéciale pour ces élections (il ne faut que 7% pour accéder au second tour), il seront plusieurs à pouvoir prétendre participer au second tour de ces régionales. Pour le moment, la liste Divers Gauche du président sortant, Paul Giacobbi, devance légèrement la liste nationaliste de Gilles Simeoni (18,42% contre 17,62%). La liste de droite est elle à 13,17%, devant celle du président de l’assemblée corse (12,7%). Le Front National arrive cinquième avec un score de 10,58%. Le dernier à pouvoir continuer la course est Jean-Guy Talamoni (7,72 %). Si aucun candidat ne se retire, il pourrait donc y avoir six candidat au second tour.