fbpx
Actualités
Partager sur

Donald Trump présente une facture de 375 milliards de dollars à Angela Merkel

Donald Trump présente une facture de 375 milliards de dollars à Angela Merkel

Donald Trump a encore fait des siennes, le président américain a présenté une facture de 375 milliards de dollars à Angela Merkel lors de sa visite.

On peut dire qu’il ne manque pas de culot et de poigne… Mais après la fameuse poignée de main inexistante entre Donald Trump et Angela Merkel, le Président américain a aussi lancé une pique à son homologue germanique. En effet, selon un article publié aujourd’hui dans le journal anglais The Times, Donald Trump aurait profité de la visite de la chancelière pour lui donner une facture.

Une facture de 375 milliards pour l’Allemagne et l’Europe

Cette facture est faramineuse. Elle représente 375 milliards de dollars. Si Donald Trump demande le remboursement, ce serait pour un présumé financement excédentaire de l’OTAN par les Etats-Unis. En effet, cette facture représenterait, sur la période de 2002 à 2014, le montant versé par les Etats-Unis dans le budget de l’organisation. Les Nations membres s’étaient engagé à consacrer 2% de leur PIB aux dépenses militaires.

Un ministre allemand cité dans l’article du Times explique que « le concept d’une telle demande est d’intimider l’autre partie. Mais la Chancelière l’a pris calmement et ne répondra pas à de telles provocations ». Cette provocation n’est que la réponse aux attaques de Donald Trump envers les pays européens. Il avait notamment critiqué leur manque de participation financière au budget de l’OTAN durant sa campagne.

Donald Trump n’est pas le héros de la diplomatie

Une chose est certaine, Donald Trump ne sera pas le maître de la diplomatie internationale. En effet, le président américain vient donc de se mettre à dos la leader du premier pays européen. Ce dernier s’était aussi échauffé les oreilles avec son homologue chinois allant presque jusqu’au scandale diplomatique.

Si pour le moment, en France, on attend le successeur de François Hollande pour se lancer dans des rencontres diplomatiques avec Donald Trump, il faudra garder son calme. Le président US avait notamment fustigé la France sur la question des attentats de Paris et de Nice. Il pointait du doigt un manque de sécurité dans l’hexagone qu’il jugeait… désarmé.