fbpx
Actualités
Partager sur

Christiane Taubira démissionne de son poste de ministre de la Justice

Christiane Taubira démissionne de son poste de ministre de la Justice

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a démissionné de son poste ce matin. C'est l'Elysée qui l'a annoncé dans un communiqué.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a démissionné de son poste au ministère ce mercredi matin, juste avant l’ouverture des débats sur la déchéance de nationalité à l’Assemblée Nationale. C’est ce qu’a annoncé l’Elysée dans un communiqué où il était écrit: « Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, a remis ce 27 janvier 2016, sa démission au Président de la République, qui l’a acceptée. Ils ont convenu de la nécessité de mettre fin à ses fonctions au moment où le débat sur la révision constitutionnelle s’ouvre à l’Assemblée nationale, aujourd’hui, en Commission des Lois ». Afin de remplacer la garde des Sceaux, c’est le député socialiste du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, qui prendra sa place au sein du ministère. Le communiqué annonce cette nomination par la déclaration : « il portera, aux côtés du Premier Ministre, la révision constitutionnelle et préparera le projet de loi renforçant la lutte contre le crime organisé et la réforme de la procédure pénale ».

Un mandat de ministre mouvementé

Christiane Taubira a été ministre de la Justice depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir sous les gouvernement Ayrault I et II et Valls I et II. Elle avait été violemment attaquée pour ses réformes et son engagement dans le pénal. Une action que le président de la République a salué dans le communiqué de presse de l’Elysée: « Le Président de la République a exprimé à Christiane Taubira, sa reconnaissance pour son action. Elle aura mené avec conviction, détermination et talent la réforme de la Justice et joué un rôle majeur dans l’adoption du mariage pour tous ». Cette loi est d’ailleurs ouvertement critiquée par l’opposition et avait valu à la ministre de Justice de devenir la tête de turc du gouvernement. Soutenu notamment pas Manuel Valls et les socialistes, de nombreux sympathisants de droite et d’extrême-droite avait demandé sa démission.

Une vie d’engagée contre les inégalités

Commençant une carrière politique à l’échelon nationale en 1993 en tant que députée de la première circonscription de Guyane, Christiane Taubira était à l’origine de la loi du 21 mai 2001 qui reconnaît comme une loi mémoirelle le crime contre l’humanité des traites négrières et de l’esclavage pratiqués à partir du xve siècle sur les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes. Le 16 mai 2012, elle avait rendu le mariage entre personnes du même sexe, légal aux yeux de la loi. Elle était depuis très vivement critiquée par l’opposition.