fbpx
Actualités
Partager sur

Persuadé d’être cocu, il colle le vagin de sa femme à la Super Glue

Persuadé d'être cocu, il colle le vagin de sa femme à la Super Glue

Soupçonnée par son mari d'adultère, une quarantenaire africaine a vécu l'horreur : il lui a appliqué de la Super Glue sur le vagin en la menaçant avec une machette

L’agression est vieille d’un an mais la victime n’en avait encore jamais parlé, de peur de représailles de la part de son mari. Le 9 mars 2013, son mari est entré dans une colère noire, persuadé qu’elle le trompait et lui a infligé un sévisse dont elle gardera des séquelles toute sa vie : il lui a appliqué de la Super Glue sur le vagin.

Machette à la main, il la force à écarter les jambes pour coller son vagin

Le mari, qui s’était déjà montré violent par la passé, avait commencé à soupçonner sa femme d’adultère après qu’un homme, son oncle, l’ai ramené chez elle un soir, à Ngwamtila, près de Bushbuckbridge dans le nord-est de l’Afrique du Sud. Persuadé qu’elle avait couché avec son oncle ce jour-là, il l’a enfermé dans la chambre maritale et l’a forcée à se déshabiller en la menaçant avec une machette : Il avait essayé de me couper une main et menaçait de me décapiter, donc j’étais terrifiée a-t-elle rapporté au site news24. Mais l’atrocité son supplice ne faisait que commencer. Son mari l’a ensuite allongé, lui a ordonné, toujours sou la menace, d’écarter les jambes et lui a collé le vagin avec de la Super Glue.

Des séquelles irréversibles, et des maux permanents

Après la soirée d’horreur qu’elle a vécu, elle a voulu retirer la colle extra forte de son vagin : les blessures dont elle souffre sont irréversibles. Ses douleurs sont désormais quotidiennes et elle ne pourra plus jamais avoir de rapports sexuels. Les larmes coulaient sur mon visage et je le suppliais d’arrêter, mais il n’avait pas l’air de se soucier de moi. Je ne comprends pas comment un homme peut faire une chose pareille à une femme qu’il aime.

Marquée à vie par cette agression et la violence des menaces de son mari, la victime s’est gardée de porter plainte pendant tout ce temps : Je voulais le traîner en justice, mais il s’est enfui et reste introuvable depuis l’agression. J’ai peur qu’il revienne et qu’il me coupe la tête

Source : 20 Minutes