fbpx
Actualités
Partager sur

Permis de conduire: ce qui va changer pour l’examen du code de la route

Permis de conduire: ce qui va changer pour l’examen du code de la route
Partager
Partager sur Facebook

Dès le 18 avril, l'examen du code de la route va connaître un relooking. MCE vous explique ce qui va changer.

Ce sont principalement les épreuves du code qui vont connaître des changements. Des nouvelles images et des nouvelles questions. Des changements anodins. Mais d’autres nouveautés vont faire grincer des dents. Avec principalement le fait que le passage de l’examen devienne payant. Il faudra désormais débourser 30 euros pour pouvoir se présenter au test. Une nouveauté qui ne plaira pas à grand monde même si elle intervient dans une modernisation des moyens pédagogiques

Renouvellement des photos, apparition de la vidéo

Le 18 avril prochain, une nouvelle banque de photos pour les examens sera proposée aux candidats. Elle passe de 700 diaporamas à 1015. Ce renouvellent permet, en plus de moderniser de vieilles images, de voir entrer la vidéo dans le nouveau stock. La forme des questions change, mais aussi le fond. Elles feront beaucoup plus appel au bon sens des candidats. Un changement dans la pédagogie, l’objectif est de former des conducteurs intelligents. Le par cœur sera donc plus laissé de côté. Enfin une formation plus poussée à propos de l’écoconduite, des nouvelles technologies ou encore des gestes de premier secours sera mise en place.

Le code ne sera plus gratuit

À compter du 1er juin, il faudra payer 30 euros pour passer le code. Une nouvelle organisation structurelle est à la base de ce changement qui ne va pas plaire aux futurs candidats. En effet, à compter de cette date, ce ne sont plus les fonctionnaires qui feront passer le code mais des prestataires privés. Des sociétés, telles que la Poste se sont portées candidates pour pouvoir faire passer l’examen.
Pour certains syndicats, comme le CNPA, la réforme doit être retardée car les auto-écoles n’ont toujours pas reçu le nouveau matériel. Le syndicat table sur une baisse du taux de réussite en 2016. Il est aujourd’hui de 71,49%. Le candidat aura interêt à bien choisir auto-école en s’assurant que la formation est bien accompagnée et non basée sur du visionnage de diaporamas.