fbpx
Actualités
Partager sur

Nuit Debout: un jeune sur deux prêt à s’engager

Nuit Debout: un jeune sur deux prêt à s’engager

Selon un sondage, presque un jeune sur deux se dit prêt à s'engager et à participer au mouvement de Nuit Debout.

Le mouvement Nuit Debout ne laisse pas les jeunes indifférents. Et ce, malgré son essoufflement dû à l’évacuation de la place de la République par les forces de l’ordre le lundi 11 avril au matin. Selon l’enquête Ifop commandée par LCI et MetroNews, six jeunes sur dix (61 %) âgés de 18 à 25 ans affirment soutenir le mouvement Nuit Debout, mais moins de la moitié (47 %) est prêt à s’y engager. Ils sont 80 % de jeunes à avoir une connaissance, précise ou non, de ce mouvement. L’enquête a été menée du 11 au 13 avril par questionnaire en ligne auprès d’un échantillon de 805 personnes âgées de 18 à 25 ans.

Les jeunes sont convaincus par Nuit Debout, mais plus par la politique traditionnelle

Parmi les jeunes interrogés, 76 % affirment comprendre Nuit Debout et 61 % soutiennent ce mouvement. Cependant, moins de la moitié (47 %) sont, dans les faits, prêt à s’engager. Ils sont 86% à être plus enclins à signer une pétition, 78% à participer à une manifestation, voire à un boycott (59 %). Plus généralement, les jeunes sont 84 % à ne plus croire en l’action politique. Concernant un possible évènement de grande ampleur, ils jugent possible qu’un mouvement comme Mai 68 puisse se produire à court terme en France. Mais 73 % estiment néanmoins qu’il n’est pas possible de réformer la France. Et seuls 42 % estiment qu’une certaine forme de violence peut permettre de faire bouger les choses. Les jeunes sont de façon générale plutôt du côté de ceux qui prônent une prise de conscience.

Nuit Debout, un mouvement citoyen basé sur l’égalité entre tous

Le mouvement Nuit Debout avait été lancé le 31 mars au soir dans la foulée d’une journée de mobilisation contre la loi travail. Les personnes qui ne se considèrent en aucun cas comme des militants et refusent toute étiquette politique ont passé 12 nuits installées place de la République à Paris. Lundi 11 avril au matin les CRS avait expulsé les personnes de la place. Le mouvement prône le débat d’idées avec des assemblées générales citoyennes, dans lesquelles tous les avis seraient les bienvenus. Ils refusent toute forme de hiérarchie, pour mettre en valeur l’égalité et la mettre au centre des discussions.

Crédit photo: MaxPPP