fbpx
Actualités
Partager sur

Notre-Dames-des-Landes a été transformée en zone de guerre par les zadistes

Notre-Dames-des-Landes a été transformée en zone de guerre par les zadistes

Les zadistes de Notre-Dame-des-Landes excèdent les riverains qui voient leur village devenir une véritable zone de guerre.

Cela fait déjà plusieurs années que les activistes zadistes de Notre-Dame-des-Landes occupent le terrain du futur emplacement de l’aéroport de Nantes. Mais sur place, les riverains sont excédés. Victimes de squatts, de vols, de rackets et de menaces, ils sont à bout explique un reportage paru sur le site internet d’Europe 1. Certains activistes prépareraient même des armes en cas d’assaut éventuel des forces de l’ordre contre le groupe afin de les déloger. Si pour l’instant il est difficile de chiffrer le nombre de personnes qui occupent la ZAD (Zone à Défendre) de Notre-Dame-des-Landes, les riverains sont en colère et ont fait circuler une pétition pour demander l’évacuation du site de Notre-Dame-des-Landes.

Notre-Dame-des-Landes est devenue une zone de guerre

« Ces gens sont en train de s’armer et de piéger les bois. Ils se préparent à une guérilla, enterrent des bidons de 200 litres de carburant, prêts à être enflammés et ils mettent des pièges avec des pointes sur des planches pour retarder les forces de l’ordre », explique un riverain à Europe 1. Celui-ci est très en colère, mais surtout inquiet de la situation actuelle de Notre-Dame-des-Landes: « les bonbonnes de gaz sont empilées par endroit et les extincteurs s’accumulent dans les bois. Ils remplacent la poudre par un liquide inflammable. Ce sont des gens qui sont prêts à tout. On vit dans une zone de non-droit. Il y a des miradors au milieu des routes, des carcasses de voitures volées, des chicanes. On se croirait à Sarajevo ou dans un pays en guerre ! Il faut que cela s’arrête ! », explique l’homme que les journalistes d’Europe 1 jugent à bout de force.

Une manifestation sous tension dans les rues de Nantes

Pour le moment, la signature de la pétition pour l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes a atteint les 1 400 signatures. La situation qui dure depuis le début du mandat présidentiel de François Hollande ne risque pas de s’arranger dans les prochains jours car une nouvelle manifestation à l’opposant au projet de l’aéroport doit se tenir samedi 9 janvier prochain. Si cette manifestation se déroule mal, elle pourrait enflammer la situation de la ZAD, déjà sous tension.