fbpx
Actualités
Partager sur

Nice: elle croque le doigt d’une lycéenne de 17 ans

Nice: elle croque le doigt d’une lycéenne de 17 ans
Partager
Partager sur Facebook

Une femme de 28 ans a été condamnée lundi à 4 ans de prison, pour avoir arraché une phalange à une lycéenne de 17 ans dans une violente altercation à Nice.

Une femme de 28 ans a été condamnée, lundi dernier, à quatre ans de prison dont deux avec sursis. Les faits qui lui sont reprochés? Elle a arraché une phalange à une jeune lycéenne de 17 ans à Nice, lors d’une violente altercation entre les deux jeunes femmes.

Obéir à Nice… au doigt et à l’oeil

La violente dispute a éclatée Samedi 16 mai, aux alentours de 7 heures du matin dans le Vieux-Nice. La victime, jeune lycéenne âgée de 17 ans, était alors accompagnée de trois camarades. Elle sortait son chien, rien de plus normal. C’est alors que son chemin croise celui d’une voiture, roulant à « vive allure » dans une rue piétonne interdite à la circulation. Le groupe d’adolescents ont ensuite eu l’idée d’en faire la remarque aux occupant du véhicule, délibérément en infraction. Furieuse, la passagère est descendue du véhicule et s’en est prise aux jeunes piétons d’après l’avocate de la victime.

Dans sa colère, la passagère a ensuite craché sur le chien et menacé la jeune lycéenne de lui crever les yeux. C’est alors qu’elle se jette sur l’adolescente, lui croque le doigt et lui arrache la phalange de l’index droit juste avant de s’en prendre à l’un de ses camarade, qui tente désespérément de lui venir en aide, et de le mordre à son tour.

Le doigt est introuvable

L’avocate de la pauvre adolescente fait le terrible constat suivant: « la phalange n’ayant pas été retrouvée sur les lieux, on peut supposer qu’elle l’a gobée, mais elle n’en garde aucun souvenir ». La lycéenne, qui doit passer le baccalauréat le mois prochain, devra subir une chirurgie réparatrice… L’accusée est quant à elle condamnée à quatre ans de prison, dont deux ans avec sursis, puis trois mois de mise à l’épreuve. Le conducteur du véhicule, lui, n’échappe pas à la loi. D’une part la présence du véhicule n’était pas autorisée, d’autre part il est condamné à un an de prison ferme pour conduite sous emprise d’un état alcoolique en récidive légale, et détention de stupéfiants.

Source: Le dauphine via AFP.
Photo (d’illustration): AFP