Actualités
Partager sur

Najat Vallaud-Belkacem part en guerre contre les théories du complot

Najat Vallaud-Belkacem part en guerre contre les théories du complot
Partager
Partager sur Facebook

La ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem, dirige aujourd'hui une journée de lutte contre les théories du complot. Le but est de venir en aide aux enseignants.

Beaucoup de professeurs et d’enseignants ont pu découvrir, après les attentats qui ont secoués la France en 2015, qu’un bon nombre de jeunes semblaient de plus en plus convaincus par les théories du complot. En effet, des discussions ont été ouvertes dans les collèges et lycées, et des discours quelque peu surprenants ont alerté les enseignants. Internet est le premier diffuseur de ces théories. Un phénomène grandissant qui a poussé Najat Vallaud-Belkacem à organiser cette journée de réunion afin de donner plus d’idées et de clés aux enseignants pour faire comprendre la vacuité de ces théories.

Les réseaux sociaux, principal haut-parleur des théories du complot

Internet regorge de sites complotistes et la jeunesse est largement exposée. La naïveté d’un bon nombre de ces jeunes permet à ces théories du complot de se développer et de gagner en succès au fil des années. On peut faire référence aux théorie concernant le 11 septembre qui aurait été organisé par les Etats-Unis. Le web n’a pas de fond, et est fortement sujet à la liberté d’expression. Une liberté qui peut se traduire en théories douteuses sur des thèmes différents comme la mort de célébrités (Michael Jackson, JFK, Coluche…) ou encore la fameuse question: A-t-on marché sur la Lune? Il est impossible de vraiment empêcher la jeunesse de naviguer sur le web. C’est là que l’éducation intervient pour engager la discussion avec les jeunes, pour leur permettre de développer un esprit critique.

L’enseignant au coeur de la lutte contre les théories du complot

« Les enseignants doivent être accompagnés et soutenus. Ils doivent être formés car ces discours ont un public de plus en plus nombreux » a affirmé Najat Vallaud-Belkacem. Le but de cette journée est donc d’aider les enseignants à mieux engager le dialogue avec les élèves. L’enseignement civique et moral dispensé depuis septembre est un premier moyen de s’ouvrir pour les élèves dans le doute.