fbpx
Actualités
Partager sur

Najat Vallaud Belkacem dénonce le Camp décolonial interdit aux Blancs

Najat Vallaud Belkacem dénonce le Camp décolonial interdit aux Blancs

Hier, durant la séance de questions au gouvernement, Najat Vallaud Belkacem a condamné fermement le camp décolonial à Paris 8

Questionnée par le député LR Bernard Debré, la ministre de l’Education nationale a réagi hier « aux paroles non blanches » à Paris 8 et au camp d’été décolonial. Najat Vallaud Belkacem a condamné fermement ses réunions « antiracistes » en les qualifiant d’inacceptables.

Des « initiatives inacceptables »

Hier, lors de la séance de questions au gouvernement, « le camp décolonial » a vite fait part au débat. Organisées par une association proche des indigènes de la République, ces réunions « antiracistes » revendiquent la « non mixité » comme moyen d’expression et d’émancipation Supervisées par deux militantes qui définissent leur association comme « afro-féministe inter sectionnelle », ce camp d’été « se veut une formation à l’antiracisme politique » interdite d’accès aux blancs. Lorsque le sujet est évoqué par le député LR Bernard Debré, qui craint « la montée du racisme anti blanc », la ministre de l’Education nationale ne tarde pas à exprimer son avis là-dessus. « Je condamne absolument la tenue de ces réunions comme celle du camp d’été ». a déclaré Najat Vallud Belkacem en ajoutant : « ces initiatives inacceptables (…) confortent une vision racisée et raciste de la société. Au bout de ce chemin-là, il n’y a que le repli sur soi, la division communautaire et le chacun chez soi. »

« Les camps décolonials », un principe de plus en plus répendu

Loin d’être un cas isolé, beaucoup de mouvements d’extrêmes gauches prônent de manière croissante le principe de « non mixité. » Une forme d’antiracisme, supposée être employée pour lutter contre la domination des classes supérieures et des minorités. Ainsi, dans cette même mouvance, la « commission féministe » Nuit Debout revendique ouvertement sa non-mixité en excluant totalement les hommes hétérosexuels. Pour ce qui est de la faculté Paris 8, durant les manifestations étudiantes, certaines réunions proposaient déjà de donner la parole uniquement aux personnes « non blanches».