fbpx
Actualités
Partager sur

Morning News: la Russie sous le choc après la mort de Boris Nemtsov, le retour de Sarkozy et l’augmentation des amendes SNCF

Morning News: la Russie sous le choc après la mort de Boris Nemtsov, le retour de Sarkozy et l'augmentation des amendes SNCF

Ce lundi 2 mars, la Russie toujours sous le choc après l'assassinat de Boris Nemtsov, Sarkozy de retour dans "Le Figaro" et la SNCF augmente le prix de ses amendes

Chaque matin, MCE vous propose un résumé des trois informations principales. Ce lundi 2 mars, la Russie sous le choc pour l’assassinat de Boris Nemtsov, Nicolas Sarkozy est de retour dans un entretien au Figaro et les amendes augmentent à la SNCF.

La Russie sous le choc

Après l’assassinat de Boris Nemtsov, la Russie est toujours sous le choc. L’opposant au gouvernement de Vladimir Poutine est mort vendredi 27 février, assassiné à deux pas du Kremlin. Dimanche 1er mars, 70 000 personnes se sont réunies pour une marche en hommage à l’opposant russe.

La presse russe dénonce un climat de peur , instauré par le Kremlin. Le journal Novaïa Gazeta s’inquiète : L’assassinat de Nemtsov c’est un point de non-retour, une déstabilisation radicale de la situation politique en Russie dont les conséquences ne sont pas encore imaginables.

Sarkozy de retour évoque « le FNPS »

Nicolas Sarkozy est de retour ce lundi dans un entretien accordé au Figaro. L’ancien président de la République s’exprime dans le journal sur l’économie, la politique, son programme… Nicolas Sarkozy s’est notamment fait remarquer avec ses propos sur le FNPS .

L’ex Président détaille : Je dis simplement à ceux qui ont voté pour le Front national dans le Doubs: voter Front national a conduit à l’élection d’un député socialiste de plus. Voter pour le FN au premier tour, c’est faire gagner la gauche au second. C’est le FNPS ! Voter pour l’UMP n’a jamais en revanche fait gagner la gauche. Voter FN, si. La seule réalité électorale, c’est le FNPS.

Augmentation des amendes SNCF

Pour lutter contre la fraude, la SNCF a dévoilé son nouveau plan mi-février. Ce lundi, les premières mesures entrent en action. L’amende passe de 35 à 50 euros alors qu’elle n’avait pas augmenté depuis 2013. Les contrôles seront également renforcés.

La fraude coûte chaque année 300 millions d’euros à la SNCF. Une amende pourra atteindre 375 euros en fonction de la longueur du trajet et du temps que le voyageur met pour la payer.

Sources : Le Monde, Le Parisien, Le Figaro, BFMTV