fbpx
Actualités
Partager sur

Morning News: le chômage et le terrorisme sont les préoccupations des Français pour 2016, le nouvel an parisien sous haute surveillance et Bruxelles annule les festivités du nouvel an

Morning News: le chômage et le terrorisme sont les préoccupations des Français pour 2016, le nouvel an parisien sous haute surveillance et Bruxelles annule les festivités du nouvel an

Dans l'actualité du jeudi 31 décembre: le chômage et le terrorisme sont les préoccupations des Français pour 2016, le nouvel an parisien sous haute surveillance et Bruxelles annule les festivités du nouvel an.

Comme chaque matin, MCE vous propose un condensé des informations principales de matinée. Dans le Morning News de ce jeudi 31 décembre: le chômage et le terrorisme sont les préoccupations des Français pour 2016, le nouvel an parisien sous haute surveillance et Bruxelles annule les festivités du nouvel an.

Le chômage et le terrorisme sont les préoccupations des Français pour 2016

Il faudra faire baisser le chômage en 2016. C’est la première préoccupation des Français pour la nouvelle année. Mais ce thème, qui d’habitude est depuis quelques années se trouve en tête des sondages, et vite rattrapé par le terrorisme, l’insécurité et la délinquance. Selon une enquête d’Odoxa pour Le Parisien, France Info et l’entreprise MCI, en 2016, 56% des personnes interrogées souhaitent voir le chômage baisser contre 59% en 2015. En deuxième position, 50% préfèrent « lutter efficacement contre le terrorisme, l’insécurité et la délinquance ». Diminuer la précarité n’intéresse donc que 35% des Français, la baisse des impôts que 31% et l’augmentation du pouvoir d’achat que 30%. L’immigration, elle fait une entrée fracassante avec 29%.

Le nouvel an parisien sous haute surveillance

Un mois et demi après les attentats de Paris, le dispositif de police et militaire pour le nouvel an dans la capitale française a été renforcé. Pour le réveillon du 31 décembre, 11 000 hommes ont été mobilisés par le préfet de police de Paris, soit 2 000 de plus que l’année précédente. Parmi ces effectifs, ont retrouve, 2.300 pompiers, 2.000 militaires et une soixantaine d’agents de la ville de Paris. Sans compter les agents de sûreté de la RATP et de la SNCF pour la sécurisation des transport en commun. Michel Cadot, le préfet de police a déclaré que « nous ne pouvons pas garantir qu’il n’y ait aucun risque, chaque année ces soirées sont des soirées difficiles ». Il a rappelé qu’en 2014, un jeune homme avait perdu la vie sur le champs de Mars lors des festivités.

Bruxelles annule les festivités du nouvel an

« Nous sommes contraints de l’annuler compte tenu de l’analyse du risque faite par le centre de crise », a déclaré à la RTBF le maire de Bruxelles Yvan Mayeur. Il n’y aura donc pas de feu d’artifice pour la capitale belge ce soir. Une décision que le Premier ministre a qualifié de « difficile à prendre ». Mais l’an passé, ce sont 100 000 personnes qui avaient assisté au feu d’artifice. Mais avec les risques d’attentats, cette situation pourrait devenir très dangereuse.