fbpx
Actualités
Partager sur

Migrants: Anne Hidalgo annonce la création du premier camp parisien

Migrants: Anne Hidalgo annonce la création du premier camp parisien

Le premier camp de migrants parisien ouvrira ses portes dans un mois et demi au plus tard au nord de la capitale.

Anne Hidalgo l’a annoncé ce mardi 31 mai, un camp humanitaire de réfugiés va être créé à Paris. Avec l’aide d’associations, la maire de la capitale souhaite offrir « un accueil de jour », ainsi que « l’hébergement de personnes qui arrivent démunies dans la capitale ». Après plusieurs opérations de démantèlement et de relogement de migrants, un nouveau camp de fortune rassemble près de 800 réfugiés qui s’abritent sous des bâches et des tentes dans le 18e arrondissement. L’édile socialiste refuse d’accepter plus longtemps « la situation humanitaire et sanitaire des campements de fortune qui se développent dans Paris ».

Anne Hidalgo souhaite venir en aide aux migrants

« Paris ne restera pas sans agir alors que la Méditerranée devient un cimetière pour les réfugiés »« , a annoncé Mme Hidalgo en conférence de presse. Elle a également regretté le fait que « l’Europe n’était pas à la hauteur de son histoire et que la France ne l’est pas non plus lorsqu’elle n’accueille pas dignement ». C’est justement pour y remédier que la municipalité étudie plusieurs terrains qui pourront accueillir un camp de migrants le plus rapidement possible. L’un d’entre eux semble d’ailleurs privilégié dans le « nord de Paris ». « Mais s’il faut plusieurs sites, nous en ouvrirons plusieurs », a-elle rapidement ajouté. La maire de Paris est donc fermement décidé à en finir avec la négligence de l’État et à venir en aide à ces familles en grande difficulté, installées sur des matelas dans la rue. Si elle n’a pas précisé les dimensions requises pour le terrain, il devra être « suffisamment vaste pour accueillir plusieurs centaines de personnes ».

Un camp inspiré de Grande-Synthe

Cette annonce survient au lendemain de la reprise en main par l’État du camp de Grande-Synthe. Il est aujourd’hui le seul à respecter les normes de l’ONU et du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés sur le territoire français. Vendredi, Eric Lejoindre, maire du 18ème arrondissement de Paris et Dominique Versini, l’adjointe à la solidarité se sont rendus sur place. L’objectif était de comprendre comment le maire écologiste Damien Carême avait travaillé et comment fonctionnait le campement. Le futur camp de migrants de Paris « s’inspirera de ce qui a été fait à Grande-Synthe », a souligné Anne Hidalgo. Elle a également lancé un appel au gouvernement en déclarant : « je souhaite que l’État soit partenaire ». Le camp de migrants parisien accueillera ses premiers migrants d’ici « un mois ou un mois et demi ».