fbpx
Actualités
Partager sur

Migrants: 135 migrants retournent en Afghanistan par déception de l’Allemagne

Migrants: 135 migrants retournent en Afghanistan par déception de l’Allemagne

Près de 135 migrants ont décidé de retourner vivre en Afghanistan car ils ne voient aucune perspective en Allemagne.

On pourrait croire cette information tirée des colonnes de journaux satyriques… Mais non, un groupe de 135 migrants d’origine afghane ont décidé de quitter leur pays d’accueil allemand pour retourner vivre à Kaboul. Un départ « de leur plein gré en raison du manque de perspectives », explique ceux qui avait organisé leur voyage, l’Organisation internationale pour les migrants (OIM). Au total, 107 hommes, 10 enfants et 18 femmes vont donc faire le chemin inverse malgré avoir bénéficié du programme d’Aide au retour volontaire et à la réintégration de l’OIM. D’après l’association, le nombre de migrants qui retournent dans leur pays de leur plein gré est en augmentation depuis l’année 2014. Il serait passé de 92 à 304.

Selon l’OIM, les migrants ne voient pas de perspectives d’avenir

Argentina Szabados, le chef de mission de l’OIM en Allemagne, a expliqué à l’AFP que « ceux qui rentrent en Afghanistan invoquent d’abord le manque de perspectives qu’ils entrevoient à long terme en Allemagne et cela comprend les possibilités limitées de faire venir leurs proches ». Malgré que la majeure partie des migrants fuient les pays en guerre en proie à des violences journalières et une pauvreté de plus en plus grandissante, cette action montre malgré tout la volonté de vivre en famille et l’attachement fort qu’ils apportent à leur pays malgré leur trajet périlleux.

Le flux de migrants augmente encore plus

En effet, la plupart des migrants empruntent des routes périlleuses pour atteindre les côtes de la Turquie avant de rentrer illégalement et sur des embarcations de fortune en direction des îles Grecques, porte d’entrée de l’espace Schengen. Selon l’association OIM, plus de 102 000 migrants sont arrivés sur le territoire grec depuis le début du mois de janvier. Un chiffre aussi élevé que pour le premier semestre de l’année 2015. Le passage au sein de l’espace schengen est d’autant plus compliqué que de nombreux pays ont décidé de fermer leurs frontières.