fbpx
Actualités
Partager sur

Marine Le Pen remporte le prix du menteur en politique de l’année

Marine Le Pen remporte le prix du menteur en politique de l’année

Marine Le Pen, la président du FN, vient de remporter le prix du menteur politique de l'année. Les époux Balkany ont eux été récompensés pour leur carrière.

Peut-on parler d’une véritable surprise? Autant Léonardo Di Caprio est boudé par l’académie des Oscars, autant Marine Le Pen avait toutes les chances de remporter celui de la personnalité politique la plus menteuse de l’année. Ce vendredi, la présidente du FN a remporté la deuxième édition du prix du menteur en politique. Selon les déclarations du jury, Marine Le Pen aurait obtenu cette distinction grâces aux nombreuses affirmations fausses sur la situation à Calais et des migrants plus particulièrement. Des discours souvent mis en avant durant la campagne régionale de la fin d’année 2015 à laquelle Marine Le Pen participait en opposition à Xavier Bertrand (LR).

Marine Le Pen succède à Nicolas Sarkozy

Lors de la première édition, le titre avait été décerné à Nicolas Sarkozy. Un trophée qui honorait son retour en politique à la présidence du parti Les Républicains. Cette année, il ne pouvait donc pas briguer un deuxième titre, chaque personnalité ayant reçu cette distinction bénéficie d’une immunité lui empêchant d’être nommé deux années de suite. De bonne augure pour Marine Le Pen qui aurait peut-être moins appréciée la réception de cette récompense lors d’une année d’élection présidentielle. Ce prix, est décerné par un jury composé des journalistes Mélissa Bounoua (Slate), Alexandre Devecchio (Figaro), Hugo Domenach (Le Point), Samuel Laurent (Le Monde), Cédric Mathiot (Libération), Antoine Krempf (France Info). Tout ce monde sous la présidence du politologue Thomas Guénolé.

La liste des lauréats de cette année

Si Marine Le Pen reporte le prix le moins convoité, d’autres distinctions sont décernées. Les époux Balkany ont eux reçu le prix spécial du jury en l’honneur de l’ensemble de leur carrière. Pour le titre « un certain regard« , Claude Bartolone (qui avait attribué à Valérie Pécresse les propos de la Race Blanche) et Pierre Lellouche (pour avoir écrit un droit de réponse sur un papier expliquant qu’il avait fait de l’intox sur les subventions allouées migrants et dont il avait avoué par la suite, avoir raconté n’importe quoi) partage la palme. Le prix appelé « Robocop » est décerné à Bernard Cazeneuve pour avoir relayé les informations du RAID sans vérification sur le « déluge de feu de l’assaut de Saint-Denis », et le prix du cumular de l’année revient quant à lui à Jean-Yves Le Drian pour ses postes de ministre de Défense et président de la région Bretagne. Bravo à eux !