fbpx
Actualités
Partager sur

Mantes-la-Jolie: un collectif réclame des créneaux de piscine exclusivement réservés aux femmes

Mantes-la-Jolie: un collectif réclame des créneaux de piscine exclusivement réservés aux femmes

Un collectif de la ville de Mantes-la-Jolie souhaite que la piscine de la ville réserve des créneaux exclusivement pour les femmes. Ce que l'établissement refuse catégoriquement.

Surprise à la piscine Aqualude de la commune de Mantes-la-Jolie. Le collectif « Les femmes résidentes de la Camy » a mis en ligne une pétition pour demander au directeur de la piscine de réserver un créneau hebdomadaire pour les femmes dans son établissement. En gros, le collectif souhaite que pendant certaines périodes, le personnel de la piscine soit exclusivement féminin et que seules les femmes puissent y accéder. « De nombreuses femmes de Mantes et des villes alentour voudraient bien profiter de la piscine, mais elles n’y viennent pas par pudeur », explique la pétition du groupe qui souhaite à la fois permettre un accès plus pudique aux femmes qui, selon une interview accordée au Parisien/Aujourd’hui en France par l’auteur de la pétition, se sentent exclues des lieux publics. Surprise, c’est un père de famille qui est à l’origine de la pétition.

Les femmes se sentent en manque de pudeur à la piscine

Celui-ci se défend pourtant d’une forme de sectarisme en déclarant que « même si la communauté arabo-musulmane est très majoritaire parmi les signataires, ce n’est pas du communautarisme. Ces créneaux seraient ouverts à toutes les femmes, quelle que soit leur religion ». Mercredi soir, la pétition avait reçu déjà près de 1 143 signatures, mais celle-ci a peu de chance d’aboutir, car déjà plusieurs demandes identiques avaient été formulées en 2010, mais elles avaient toutes été refusées. Selon lui pourtant, le complexe aquatique « ne profite pas aux femmes qui ont fait le choix de la pudeur, et ce quelles que soient leurs origines, leurs convictions, ou leur appartenance sociale, pourtant ces femmes sont nombreuses, et tout le monde aurait à y gagner finalement, il suffit juste de faire des efforts et de traiter les citoyens au même égard », ajoutant même que « la pudeur n’a pas de religion et est un droit légitime qui ne devrait même pas se discuter ».

La loi oblige seulement la séparation des vestiaires

« Il n’y a aucune raison objective qu’on accepte. La piscine a toujours bien fonctionné ainsi et on ne compte pas changer le mode d’accueil », explique Paul Martinez, candidat de la GPSO (Grand Paris Seine & Oise), responsable de l’établissement. Légalement, une piscine publique est tenue de simplement séparer les vestiaires masculins et féminins pour les zones de changements, mais en aucun cas, la loi ne stipule que la réservation de créneau à un sexe bien précis est obligatoire. Si certains établissements le font, cette décision vient de leurs propres envies.