fbpx
Actualités
Partager sur

Lycée: Valérie Pécresse souhaite instaurer des tests de dépistage du cannabis

Lycées: Valérie Pécresse souhaite instaurer des tests de dépistage du cannabis

La nouvelle présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a proposé aux lycées d'installer des tests de dépistage du cannabis dans tous les établissements de la région.

A peine élue présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse envisage la possibilité de mettre en place des tests obligatoires de dépistage du cannabis dans les lycées de la région. Une initiative qui n’est pas vraiment du goût des lycéens. Une jeune étudiante a ainsi réagit sur BFMTV en déclarant que « cela a au moins le mérite de soulever la question et de poser le débat », mais que cela ne sera pas vraiment une solution pour endiguer ce problème. Un autre lycéen interrogé a expliqué que l’engueulade avait un potentiel plus fort pour faire stopper la consommation de cannabis, mais surtout, que le dispositif proposé par Valérie Pécresse servirait surtout de prise conscience de la part des parents face à ce problème.

La proposition de Valérie Pécresse n’est pas intéressante pour les lycées

Un avis repris par les principaux concernés. Si les tests seront possibles, c’est grâce à des dispositifs qui coûtent 9 euros et détectent la prise de cannabis dans un délai de six heures maximum. En cas de résultat positif, le projet de Valérie Pécresse est de seulement prévenir les parents. Mais pour les lycées, cela ne change rien.« Tels que proposé, les tests ne sont que l’assurance d’enbêtement pour les établissements, en échange d’une information qui n’aura à peu près aucun intérêt, puisque l’établissement n’aurait accès qu’à des statistiques », explique Philippe Tournier, chef d’établissement et secrétaire général du syndicat SNPDEN.

Un test inutile et à contre courant du message envoyé habituellement

Si les résultats des tests ne seraient communiqués qu’aux parents, ceux-ci ne sont pas non plus très intéressés par le procédé. Sur BFMTV, la présidente de la fédération des Parents d’Elèves (PEEP), Valérie Marty, explique qu’il est impossible de « se trouver dans une posture de répression qui n’est pas une posture d’équilibre et de respect de la jeunesse. On ne peut pas demander aux jeunes d’être citoyen, d’aller voter, d’être responsable de sa citoyenneté en les traitant de cette manière là et en leur faisant passer des tests ». D’autant plus que pour passer un test, sur la question légale, il devra être demandé par un juge, dans le cas contraire, le lycéen devra prendre la décision de manière personnelle. La première proposition de Valérie Pécresse ne fait donc pas l’unanimité chez les premiers concernés.