fbpx
Actualités
Partager sur

Luxleaks: l’homme qui a dévoilé les magouilles fiscales de grandes entreprises passe devant la justice

Luxleaks: l’homme qui a dévoilé les magouilles fiscales de grandes entreprises passe devant la justice

Antoine Deltour avait joué le rôle de lanceur d'alerte en publiant les magouilles fiscales de grands groupes au Luxembourg pour ne pas payer d'impôt. Un scandale financier baptisé Luxleaks.

Il y a trois semaines, la divulgation des Panama Papers faisait du bruit… Mais cette fois-ci, c’est un autre scandale qui fait parler, celui du Luxleaks. Celui-ci remonte à plus loin mais revient sur le devant de la scène à cause du lanceur d’alerte Antoine Deltour. L’homme, un trentenaire originaire des Vosges, comparaît devant la justice du Luxembourg pour avoir dénoncé publiquement un système économique dont les grands groupes industriels se servaient pour ne pas payer d’impôts. L’homme s’était d’ailleurs dit écoeuré alors qu’il travaillait au sein de la filiale luxembourgeoise de Pricewater-houseCoopers (PwC), un des premiers cabinets d’audit mondiaux. C’est alors que débute le scandale financier Luxleaks.

Il démissionne mais emporte les documents

En 2010, il démissionne pour rentrer dans la fonction publique. Mais il ne part pas les mains vides. Il emmène avec lui des milliers de pages confidentielles sur les différentes pratiques fiscales des multinationales installées au Luxembourg. Ces documents comportaient surtout des « rescrits fiscaux » qui avaient été accordés par l’administration fiscale et négociés par le cabinet d’audit. Muni des document, il attend deux ans avant de contacter un journaliste de Cash Investigation, Édouard Perrin. Sa sortie fait du bruit et en 2014, c’est le Consortium international de journalistes d’investigation qui reprend l’affaire et publie la totalité des documents.

Luxleaks, l’affaire risque de faire encore du bruit

Mais la justice luxembourgeoise le prend en grippe et aujourd’hui, il risque une peine de prison de 5 à 10 ans. L’homme à l’origine du Luxleaks, n’en revient pas. Dans une interview à l’agence de presse Bloomberg, il déclare: « je ne comprends pas comment je pourrais être victime d’une lourde peine lorsque j’ai agi dans l’intérêt général ». Mardi 26 avril, il siège dans le box des accusés aux côtés du journaliste Édouard Perrin qui lui a donné les outils pour publier publiquement les dossiers de Luxleaks, et d’un autre employé de la PwC, auteur de la seconde fuite des documents. Si pour le moment, les trois accusés sont dans le flou, plusieurs « ONG ont appelé à manifester devant le tribunal du Luxembourg pour demander leur libération ».

Crédits photo: Sipa Press