fbpx
Actualités
Partager sur

Loi travail: violences, altercations et guérilla dans les rues (photos)

Loi travail: violences, altercations et guérilla dans les rues (photos)

Il n'est plus question de loi travail dans les faits. La mobilisation qui s'est déroulée ce jeudi 28 avril contre le projet de Loi El Khomri a viré à la guérilla urbaine...

A l’image de la manifestation à Rennes contre la loi travail qui a été explosive jeudi 28 avril, celle de Paris marque encore une rupture des manifestants avec la proposition de Loi El Khomri qui sera présentée le 5 mai à l’Assemblée Nationale. Dans la capitale bretonne, c’est un cocktail molotov qui a explosé sur les forces de l’ordre, faisant passer la mobilisation anti-loi travail dans un autre débat, celui de la violence révolutionnaire de la société. A Paris, dans le cortège des manifestants, les slogans étaient tout autre. « Tout le monde déteste la police », suivi de « séparons le Medef et l’Etat ». La loi travail et la ministre du Travail Myriam El Khomri ont été épargnées… Mais est-ce une bonne chose ?

La loi travail s’enflamme et la mobilisation aussi

Alors que le premier fumigène craque sur le pont d’Austerlitz à Paris, la manifestation s’était plus ou moins déroulée dans le calme. Si la tension et palpable, elle n’en reste pas moins coincée dans des paroles acerbes et des menaces envers les autorités. Mais ce fumigène, qui paraît anodin, semble pourtant être le point de départ de tous les problèmes. Le cortège de manifestants remontent comme à son habitude le Boulevard Diderot. Mais à l’image de la dernière mobilisation, les esprits s’échauffent et les premières escarmouches se font sentir. Ici pas de loi travail, mais simplement de la haine. A Nation, les policiers lâchent les premiers tirs de gaz et scindent la manifestation en deux afin d’éparpiller les derniers éléments violents de la manifestation.

Il n’est plus vraiment question de loi travail…

Goudron des routes enlevé, brouillard de fumée au dessus de la manifestation, CRS harnachés comme pour aller au combat, feux de poubelles… Le débat calme et sociétal sur la loi travail est loin derrière. Entre 14 000 et 60 000 manifestants se sont réunis pour cette quatrième journée de mobilisation. Et pour la première fois, un blessé a été recensé parmi les forces de l’ordre. Signe de la violence des affrontements. Mais cette fois-ci, le retrait demandé ne semblait pu être celui de la loi travail… Il semblait être celui de la société telle qu’elle est aujourd’hui…