fbpx
Actualités
Partager sur

Loi Travail: la réforme de Myriam El Khomri est en danger à l’Assemblée Nationale

Loi Travail: la réforme de Myriam El Khomri est en danger à l’Assemblée Nationale

Le débat sur la loi travail continue. Et malheureusement pour le gouvernement, le texte est en grand danger dans l'hémicycle. Pour preuve, il manquerait 40 voix pour avoir la majorité.

« Il y a des opposants historiques à l’intérieur du groupe PS, qui sont la vingtaine de frondeurs. Depuis plusieurs années, ils ne votent plus les textes du gouvernement ». Christophe Sirugue, rapporteur de la loi travail devant l’Assemblée Nationale est en train de cravacher pour tenter de faire passer le texte devant les députés. Alors que le texte de la loi travail va passer deux semaines à l’épreuve des députés à partir du mardi 3 mai, une partie de la gauche conteste cette réforme qui est déjà rejetée par la rue depuis plus de deux mois. Malgré tout, ses défenseurs espèrent une majorité dans l’hémicycle. Interrogé par le Parisien, le rapporteur de la loi travail semble très inquiet et il manquerait un nombre de votes conséquent pour faire passer le texte.

Les frondeurs sont majoritairement de gauche

Au total, sur les 577 députés de l’Assemblée Nationale, il manquerait 40 voix pour faire passer la loi travail. Un chiffre conséquent qui représente près de 9% de la totalité des votes. Et la majeure parti des frondeurs sont pourtant censés être les soutiens du Parti Socialiste au pouvoir. Parmi eux, on retrouve des personnalités comme Benoît Hamon ou l’ancienne ministre Aurélie Filipetti. « Ceux-là ont des interrogations sur plusieurs points du texte comme le périmètre des licenciements et le risque inhérent aux accords d’entreprise. A défaut d’une clarification ou d’une modification du texte, ils pourraient être sur un vote négatif ou rejoindre le camp des abstentionnistes », explique le rapporteur de la loi travail au Parisien.

Des oppositions à la loi travail qui viennent de partout

Et les oppositions à la loi travail sont nombreuses. La rue est déjà contre le projet à hauteur de 70%. Mais ce n’est pas tout, le président du Medef, Pierre Gattaz, est lui aussi contre le texte dans sa forme actuel. Il a même menacé à plusieurs reprises le gouvernement pour revenir à la version initiale qu’il avait applaudi avec ses collègues des syndicats patronaux. Mais l’opposition est forte et le texte semble petit à petit se diriger vers un rejet. Encore une fois, la menace de l’utilisation de l’article 49-3 de la Constitution refait surface. Mais passer la loi travail par la force pourrait à la fois être un échec de la mise en place de la politique du gouvernement Hollande/Valls tout en les condamnant à une défaite à l’élection présidentielle de 2017. Christophe Sirigue et Myriam EL Khomri risquent de passer quelques nuits debout dans les jours à venir.