fbpx
Actualités
Partager sur

Loi Travail: le gouvernement interdit la manifestation

Loi Travail: le gouvernement interdit la manifestation

Alors que la manifestation de jeudi contre la loi Travail a été officiellement interdite, la décision provoque des tensions y compris au PS.

La préfecture de police l’a annoncé ce mercredi : la manifestation contre la loi Travail ne sera pas. Après 24 heures de négociations avec les syndicats, la nouvelle manifestation qui était prévu ce jeudi 23 juin à Paris a été interdite par la préfecture. Elle a fait savoir dans un communiqué que les discussions entre les autorités et les syndicats « n’ont pas conduit à l’émergence d’un accord ». Suite à cette annonce, le secrétaire général de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly et celui de la CGT, Philippe Martinez ont demandé à « être reçus rapidement par le ministre de l’Intérieur », Bernard Cazeneuve.

Une manifestation jugée trop dangereuse

« Après examen attentif, ces propositions alternatives (ndlr de parcours soumis par les syndicats) ne permettent en aucune façon de répondre à la nécessaire sécurité des personnes et des biens, ni aux exigences de mobilisation maximale des forces de police et des forces mobiles contre la menace terroriste qui se situe à un niveau élevé imposant des sollicitations exceptionnelles sur le territoire national », a déclaré la préfecture de police. Un arrêté a donc été déposé pour interdire la manifestation. « Dans ces conditions, le préfet de police considère qu’il n’y a pas d’autre choix que d’interdire la tenue de la manifestation », ajoute le communiqué. Et pourtant, les autorités insistent depuis lundi pour que les organisateurs choisissent un « rassemblement statique » place de la Nation. Cette solution préconisée par le gouvernement aurait permis selon lui d’assurer plus facilement la sécurité du regroupement. Bernard Cazeneuve avait d’ailleurs souligné un « niveau de menace extrêmement élevé, avec un niveau de sollicitation extrêmement fort depuis plusieurs semaines des forces de l’ordre » en raison de l’Euro 2016.

La décision divise, même au PS

Mais cette décision d’interdire la manifestation contre la loi Travail révolte les syndicats et divise les politiques. « Tout le monde a cherché une solution. Des trajets plus courts ont été proposés aux syndicats, puis un rassemblement statique. Ils ont refusé et leurs contre-projets de parcours semblaient toujours un peu longs », explique un conseiller gouvernementale à Libération. « Valls avait envie d’interdire, ce n’était pas la ligne du président du tout », précise-t-il. Invité de France Info ce matin, Stephane Le Foll n’a pas souhaité confirmer l’interdiction, il a préféré s’en remettre à la préfecture de police. « Interdire une manifestation de 100 000 personnes, ça n’existe pas. Tout le monde va rappliquer à Paris et ça va être la cata », a mis en garde un ténor de Parti Socialiste. David Cormand, secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), a de son côté, dénoncé une « faute politique » et une « stratégie de tension (…) irresponsable » de la part du gouvernement. Élus, syndiqués et militants ont immédiatement appelé à désobéir à cette interdiction. « Nous irons manifester et nous verrons comment les forces de l’ordre réagiront », a affirmé Karl Ghazi, de la CGT-Commerce, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. Les élus du Parti communiste français défileront à leurs côtés : « Tous et toutes dans les rues de Paris », lance le PCF de Bobigny.