fbpx
Actualités
Partager sur

Loi travail: 40 blessés lors de la manifestation contre la loi El Khomri à Rennes

Loi travail: 40 blessés lors de la manifestation contre la loi El Khomri à Rennes

La manifestation contre la loi travail à Rennes a été la scène de débordements. Suite à ces débordements, les forces de l'ordre ont du intervenir et ont blessé 40 personnes. Pour l'UNEF, ce n'est pourtant pas les bonnes personnes qui ont été victimes de violences policières.

Depuis la manifestation du 24 mars, les mobilisations contre la loi travail sont accompagnées de violences. Si parfois, des images montrent les forces de l’ordre sous pression, eux-mêmes font parfois preuve de violences policières. Mais ce week-end, lors de la mobilisation du 9 mars, la manifestation de Rennes a été émaillée par de nombreuses altercations et de nombreux blessés sont à déplorer. Près de 40 manifestants opposés à la loi travail ont en effet étaient touchés. Pour l’UNEF, le principal syndicat étudiant engagé dans la mobilisation anti loi travail, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase: « depuis le début de la mobilisation contre la Loi Travail, les forces de l’ordre répriment particulièrement violemment les manifestations rennaises. Aujourd’hui, plus de 40 personnes, principalement des jeunes qui manifestaient pacifiquement, ont été blessés, parfois gravement, par les forces de l’ordre », explique l’UNEF dans un communiqué de presse.

La manifestation contre la loi travail de Rennes a dégénéré

Bien évidemment, le syndicat étudiant condamne fortement ces dérives violentes en marge des mobilisations de la jeunesse contre la loi travail. Pour eux, les premiers coupables sont ceux qui sont à l’origine de ces violences: « l’UNEF a toujours condamné les actions violentes d’une minorité d’individus qui profitent des mobilisations pour en découdre ». Mais cette fois-ci, ce sont les violences policières qui seraient responsables de ces dérives selon l’UNEF qui annonce que « force est de constater, à Rennes mais pas seulement, que ce sont des manifestants pacifiques qui sont victimes de la répression policière ».

L’UNEF interpelle les pouvoirs publics

La mobilisation anti-loi travail de Rennes est donc le point d’orgue d’une nouvelle revendication de l’UNEF qui demande au gouvernement « la fin de la répression policière sur l’ensemble du territoire ». Le communiqué de presse explique même que « les autorités locales ne semblent pas prendre conscience de la responsabilité des forces de l’ordre dans l’augmentation des tensions et des violences dans les manifestations ». Si les violences provoquées lors des manifestations contre la loi travail par les casseurs obligent les forces de l’ordre à intervenir, « l’UNEF rappelle la responsabilité des pouvoirs publics à assurer la sécurité des jeunes et à respecter le droit de réunion et de manifestation ».