fbpx
Actualités
Partager sur

Leboncoin: un couple victime de la fausse annonce d’une voisine

Leboncoin: un couple victime de la fausse annonce d’une voisine

Dans la fausse annonce publiée sur Leboncoin le couple mettait leur maison en vente. Sauf que les deux personnes n'étaient au courant de rien...

L’affaire, rapportée par l’Est Républicain se déroule dans le Doubs et est la conséquence d’une querelle entre voisins. Un couple a vu ses soirées perturbées par des coups de téléphone concernant une annonce postée sur Leboncoin précisant la vente de leur domicile. Sauf que les deux personnes n’étaient au courant de rien, puisqu’ils n’étaient pas les internautes à l’origine de l’annonce. C’est une voisine, avec qui ils étaient en querelle, qui avait mis leur maison en vente.

L’annonce Leboncoin précisait d’« appeler seulement à partir de 21h30 »

« Vends maison de 135 m2 rue de la République à Exincourt. Superbe état. Terrain de sept ares. Prix : 95 000 euros ». C’est la formulation de l’annonce malveillante dont ont été victimes Véronique Reiter et Jean-Claude Ducret. Ils n’ont évidemment jamais voulu vendre leur bien sur Leboncoin et ont expliqué à l’Est Républicain avoir été dérangés trois soirs d’affilée, jusqu’à tard dans la nuit, par des personnes désirant acheter leur domicile. Un numéro de téléphone était joint à l’annonce avec la précision, « Appeler seulement à partir de 21h30 car pas disponible avant à cause du travail. Merci de respecter cet horaire. Ne répond pas aux mails. Vente urgente. »

Le couple avait déjà porté plainte deux fois

La source de cette annonce malveillante est une voisine du couple. Ils étaient en froid, et visiblement un peu plus, depuis deux ans. Le noeud du problème réside dans le fait que la voisine stationne sa voiture au ras de leur portail, les empêchant, lorsqu’ils sortent leur véhicule, de voir l’arrivée des voitures par la gauche, comme le rapporte le quotidien régional. Une tentative de médiation avec un conciliateur a échoué car la voisine a refusé la discussion. Véronique Reiter et Jean-Claude Ducret ont affirmé à l’Est Républicain avoir « déjà porté plainte à deux reprises et déposé deux mains courantes, pour menaces et injures, auprès du commissariat de Montbéliard ». L’annonce a été retirée du site Leboncoin. Les problèmes de voisinage ne sont pas pour autant réglés.