fbpx
Actualités
Partager sur

Jérôme Cahuzac: Le procès d’un menteur !

Jérôme Cahuzac: Le procès d’un menteur !
Partager
Partager sur Facebook

Jérôme Cahuzac avait soutenu devant l'Assemblée Nationale et tous les médias qu'il ne possédait pas de compte en Suisse. Depuis on sait qu'il a menti

Aujourd’hui s’ouvre le procès de l’ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale. C’est donc un peu plus trois ans après l’article de Fabrice Arfi de Médiapart que Jérôme Cahuzac va faire face à la justice. Où pas ? Le procès pour être reporté à septembre, car la défense poserait une Question Prioritaire de Constitutionnalité.

Affaire Cahuzac : Mensonge, démission et aveux…

Jérôme Cahuzac le soutenait « les yeux dans les yeux » devant les députés à l’Assemblée Nationale, il ne possédait pas de compte en Suisse. Or, l’homme qui s’était fait une priorité de combattre la fraude fiscale en tant que ministre du Budget est tombé.
Le 19 mars 2013, il démissionne de son poste après une l’ouverture d’une information judiciaire contre X pour blanchiment et fraude fiscale. A ce moment-là, il clame toujours son innocence. Mais le 2 avril il « se met à table » et avoue dans un communiqué :

« Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600 000 euros, soit rapatriés sur mon compte bancaire à Paris ».

Ces aveux entraîne une mise en examen, l’affaire Cahuzac prend don des ampleurs de scandale d’État. Son passé l’a rattrapé, il avait ouvert ce compte en 1992. Depuis il avait transféré des fonds sur divers comptes, notamment à Singapour en passant par une société écran situé aux Seychelles.

Quelles conséquences pour Jérôme Cahuzac ?

LA grande affaire qui avait défrayé la chronique. C’est en effet un des plus grand scandale qu’ai connue la France. Jérôme Cahuzac va-t-il servir d’exemple : il encourt jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 2 millions euros d’amende. Or, il y a un hic dès l’ouverture du procès. La défense de l’ex-ministre du Budget aurait choisi de poser des Questions Prioritaire de Constitutionnalité concernant l’affaire. Le procès serait repoussé à septembre.