fbpx
Actualités
Partager sur

Economie: le pétrole est désormais moins cher que l’eau

Economie: le pétrole est désormais moins cher que l’eau

La chute des prix du pétrole amène à une comparaison étonnante : l’eau coûte désormais plus cher que le pétrole

Moins cher qu’un baril vide, que du lait ou encore que de l’eau, le prix du pétrole n’en finit pas de chuter. En réaction à ce phénomène, beaucoup commence à reprendre l’absurdité de la situation en comparant le prix à d’autres produits de consommation courant pour illustrer ce prodige.

Economie le pétrole est désormais moins cher que l’eau

Les causes d’un prix dérisoire

L’or noir a plongé après l’annonce de l’augmentation de la production pétrolière, suite à la levée des sanctions internationales contre l’Iran. En effet, le baril comme celui de WTI navigue depuis plusieurs semaines entre 30 et 35 dollars (soit 20 centimes d’euro le litre), un prix divisé par plus de trois depuis l’été 2014. En plus de de la production de l’Iran, d’autres analystes évoquent quant-à-eux, le rôle de l’Arabie Saoudite dans cette baisse des prix, en expliquant que ce pays entretient volontairement la surproduction afin de faire baisser les prix et surtout de mettre les nouveaux producteurs d’hydrocarbures en faillite.

Plus d’inconvénients que d’avantages pour la France

A long terme, cette baisse contraint les pays producteurs à réduire leurs dépenses et est désormais perçue comme une menace pour l’économie mondiale. En France, la chute des prix du pétrole fait de nombreux dégâts dans beaucoup de secteurs. A commencer par la filière pétrolière et parapétrolière qui représente près de 200.000 emplois en France. Consèquences : les résultats sont en berne depuis 2014 et le licenciement en masse est inévitable.  Par ailleurs, le Ministre de l’intérieur, ne dissimule pas ses appréhensions quant au prix du pétrole : « c’est une bonne chose évidemment pour nous tous. Mais quand il baisse trop, il devient un élément déstabilisant pour l’économie mondiale, en particulier pour les pays qui vivent principalement de leurs exportations de pétroles. » « Nous n’avons plus intérêt globalement à une baisse des prix du pétrole. Les effets déstabilisants deviendraient supérieurs aux effets bénéfiques pour notre économie », ajoute Michel Sapin.