fbpx
Actualités
Partager sur

L’infirmier violait et filmait ses patientes sous anesthésie

L'infirmier violait et filmait ses patientes sous anesthésie

Un infirmier britannique est actuellement jugé pour avoir violé plusieurs patientes alors qu'elle étaient sous l'effet d'une anesthésie générale. Les enquêteurs ont retrouvé des vidéos des actes sur le téléphone et l’ordinateur de l'accusé

Andrew Hutchinson, un infirmier américain de 29 ans, était initialement accusé de voyeurisme. Il lui avait notamment été reproché d’avoir utilisé des caméras médicales (celles utilisées pour avoir un aperçu de l’intérieur des patients) pour regarder sous les jupes de femmes venues au chevet de leur proches alités. Mais au cours de l’enquête, ce qu’ont découvert les policiers était plus sordide encore : il violait ses patientes endormies sous l’effet de l’anesthésie générale.

L’enquête a débuté en novembre 2013, après que deux filles l’ai pris en flagrant délit en train d’espionner une fille en train de se changer à l’aide de sa caméra, Centre White Horse Leisure d’Abingdon en Angleterre. Les agents se sont saisis des effets personnels de Andrew, notamment son équipement numérique comme sont téléphone et son ordinateur. A l’intérieur, il ont découvert des vidéos qu’il avait réalisé lui-même ainsi que plus de 1000 images à caractère pédopornographique.

De vidéos de viols de patientes sous anesthésie

Outre les vidéo capturées sous les jupes des femmes à l’aide de la caméra médicale, les enquêteurs ont découvert une vidéo d’une fille de 10 ans en train de se changer et des vidéos de viols, que l’infirmier perpétrait sur des patientes sous l’effet d’une anesthésie générale. Les victimes de ces viols seraient au nombre de deux et aucune ne se souvenait d’avoir été abusée sexuellement. Les enquêteurs ont également découvert qu’il aurait abusé de deux filles dans une tente alors qu’il était infirmier volontaire lors du festival Wilderness dans l’Oxfordshire.

Aujourd’hui, Andrew a plaidé coupable pour les 28 charges qui pèsent contre lui incluant agression sexuelle, voyeurisme et création de contenu à caractère pédopornigraphique. La police a précisé qu’il restait 18 victimes aperçues sur les vidéos d’Andrew qui n’ont pas encore été étudiée.

L’hôpital d’Oxford rassure les patients

En marge du procès qui se déroule cette semaine, Mark Power, porte-parole de l’hôpital Universitaire d’Oxford a déclaré : Nous avons été choqués et horrifiés par le comportement de cet individu, qui a si gravement trompé les patients mais aussi ses collègues et a totalement manqué à son devoir et à ses responsabilité d’infirmier. Je souhaiterais rassurer le public sur le fait que la sécurité et le bien-être de nos patients est toujours notre priorité

Photo ©INS News Agency Ltd

Source : Dailymail