fbpx
Actualités
Partager sur

François Hollande promet une baisse d’impôts

François Hollande promet une baisse d’impôts
Partager
Partager sur Facebook

Le président de la République a accordé une interview exclusive à nos confrères des Echos. Dans cet entretien il notifie son souhait de baisser les impôts sur les revenus des ménages l'année prochaine

Dans une interview exclusive avec le journal Les Echos, François Hollande prévoit une croissance d’1,7% en 2017, et annonce qu’il entrevoit de baisser les impôts des ménages. Plusieurs sujets ont été abordés, travail, Brexit, impôts, Etats-Unis…

François Holllande promet « un geste du côté des ménages »

François Hollande l’avait promise, la baisse des impôts en 2017. Dans l’interview accordée aux Echos, le Président de la république a réitéré sa volonté de soulager les ménages du poids que sont les impôts. « Si la croissance était de 1,7% en 2017, ce geste fiscal, qui ne pourrait être supérieur à 2 milliards d’euros, viendrait s’ajouter aux allégements accordés depuis 2014 et qui ont d’ores et déjà concerné 12 millions de contribuables ». La mesure concernerait les classes moyennes : grandes perdantes des impôts.

Une nouvelle couche sur la loi travail

Il va de soi que François Hollande campe sur ses positions. Toujours dans la même optique que son Premier ministre Manuel Valls et de la ministre du Travail Myriam El Khomri. Le Président de la République a assuré que l’article 2 de la loi travail « sera maintenu dans sa rédaction actuelle » et a fait savoir que si besoin est, le gouvernement aura à nouveau recours au 49-3 devant l’Assemblée Nationale. Concernant les dérives des manifestations, les casseurs, les débordements, le vandalisme lié aux regroupements contre la loi, François Hollande estime par ailleurs que la CGT n’est « pas responsable des violences » et a ajouté qu’« elle en a même été la victime ». « Les désaccords se confirment » avec Philippe Martinez, le leader de la CGT.

Brexit : François Hollande y voit une opportunité

Le Président de la République considère que le Brexit pourrait être une opportunité pour la France. Au cours de l’interview, il explique que : « Le Royaume-Uni redevenant un pays tiers, le passeport financier européen devra disparaître, de même que ce sera la fin du passeport commercial et du passeport européen tout court ». Le principe même de la libre circulation des capitaux et des hommes sera abandonné, le début de la fin de l’UE ? « Nous devons adapter nos règles, y compris fiscales, pour rendre la place financière de Paris plus attractive ». Le président de la République a écarté toute idée d’un référendum similaire en France.

Croissance en augmentation pour plus d’emplois

Même si des économistes et les Français sont dubitatifs, le Président s’est félicité: « il y a bien une reprise en France et un début d’inversion de la courbe du chômage. C’est un fait indiscutable ». Selon François Hollande, la croissance française sera supérieure à 1,6% pour fin 2016. Cette croissance « nous permettra de créer au moins 200.000 emplois » a avancé François Hollande.

Trump à la Maison Blanche, François Hollande se méfie

Pour le Président de la République, Donald Trump à la Maison-Blanche serait dangereux. François Hollande estime que « ses slogans diffèrent peu de ceux de l’extrême droite en Europe et en France: peur de la déferlante migratoire, stigmatisation de l’islam, mise en cause de la démocratie représentative, dénonciation des élites ». Un degré supérieur à celui du Front national quand Donald Trump insulte tous les immigrés de « violeurs » et rabaisse les homosexuels. François Hollande juge hypocrite le candidat à la présidence américaine quand il dénonce les élites : « alors même que Donald Trump, par sa fortune en est l’incarnation la plus évidente ».