fbpx
Actualités
Partager sur

France: L’Etat souhaite interdire la circulation des voitures aux vitres teintées

France: L’Etat souhaite interdire la circulation des voitures aux vitres teintées

En France, l'Etat pourrait prochainement interdire les voitures aux vitres teintées.

Alors que certains automobilistes aiment avoir leurs « petits confort » grâce à leurs vitres teintées, cela ne sera désormais bientôt plus possible. En France une décision du gouvernement du premier ministre Manuel Valls a annoncé vouloir supprimer de la circulation toutes les voitures qui ont des vitres teinté. Cette décision si elle est approuvée pourrait être effective à partir de janvier 2016 et impacter 160 000 voitures. L’association de sécurité et filtration des films pour vitrage a décidé de protester contre cette mesure.

Plus de vitres teintées pour les voitures

Cette décision s’applique dans la mesure ou l’Etat a indiqué vouloir renforcer les contrôles routiers, cette mesure pourrait prévenir des comportements suspects de certains automobilistes.
« Pour garantir le bon contrôle de certains comportements dangereux(…) les policiers doivent voir le visage du conducteur, » a expliqué un responsable de la sécurité routière au quotidien Le Parisien-Aujourd’hui en France.
On compte aujourd’hui en France environ 160 000 voitures qui disposent de vitres teintées. Un chiffre conséquent qui ne favorise pas les contrôles routiers des policiers.

Une amende de 135 euros

Pour un automobiliste faire teintés les vitres de sa voiture coûte en moyenne entre 200 et 600 euros en fonction du degré de teinte. Cette nouvelle décision applicable d’ici janvier 2016 pourrait impacter de manière considérable le commerce de nombreux garagistes.
« Cette mesure va impacter 53 % de notre chiffre d’affaire et menacer 1.800 emplois », a affirmé le président de l’Association sécurité et filtration des films pour vitrage au Parisien-Aujourd’hui en France. Les associations ont décidé de protester ce mardi 10 novembre 2015 contre cette mesure.
Les fraudeurs si ils ne respectent pas cette loi, pourront quant-à-eux se voir attribuer une amende de 135 euros et le retrait immédiat de 3 points de permis. L’Etat devrait prendre la décision finale dans les semaines à venir.