fbpx
Actualités
Partager sur

FN: le parti qui boudait les médias

FN: le parti qui boudait les médias

Le FN dénonce régulièrement ne pas être invité par les médias, allant parfois même jusqu'à parler de censure. Mais la réalité est tout autre.

À en croire Marine Le Pen, les journalistes auraient un problème avec son parti. Et si c’était l’inverse ? Le FN se plaint régulièrement de ne pas être invité dans les médias. Et pourtant, il s’avère que le Front National refuse souvent les sollicitations. Le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) a demandé aux médias audiovisuels d’accorder un temps de parole plus important au FN depuis ses succès électoraux aux régionales de décembre dernier. Or Le Parisien s’est procuré une lettre destinée aux dirigeants de 9 groupes audiovisuels dans laquelle il noterait une réelle « difficulté d’obtenir suffisamment de réponses positives aux invitations lancées. »

Pour le CSA, les médias doivent dénoncer ces refus

« Les directions de télévision et de radio convient davantage les représentants du Front national à leurs émissions », se félicite un membre du CSA dans le courrier. Mais il prend également en compte les observations des médias qui dénoncent un refus quasi systématique du FN. « Vos services ont notamment insisté sur la stratégie de communication politique de cette formation et la difficulté d’obtenir suffisamment de réponses positives aux invitations lancées par les chaînes », note le Conseil. Pour éviter que le parti ne se victimise davantage autour de cette question médiatique, le CSA conseil aux groupes de rendre public ces refus.« Il peut d’ailleurs vous appartenir de faire état publiquement de votre politique d’invitation et le cas échéant des difficultés que vous rencontreriez dans la mise en œuvre de celle-ci ». Autrement dit, les patrons de chaînes sont invités à se défendre des accusations du FN.

Trop peu de têtes d’affiche au FN

Les radios ont le plus de difficultés à recevoir un dirigeant du Front National. « Sans doute [Marine Le Pen] n’apprécie-t-elle pas notre façon de la questionner. Elle nous a traités de radio bolcho », rapporte Frédéric Métézeau, le chef du service politique de France Inter, au Parisien. Autre problème : le FN compte très peu de têtes d’affiche. Marine et Marion Le Pen, Louis Aliot, Gilbert Collard, Florian Philippot, et Nicolas Bay, sont les seules personnalités à même de représenter le parti. Cela ne facilite pas le travail des médias. Florian Philippot, vice-président du parti, a ainsi participé à pas moins de 65 matinales en 2015. Il a été la personnalité politique la plus invitée dans les médias l’année dernière. « Il nous arrive de refuser des invitations parce que nous faisons des arbitrages ou pour de simples questions d’emploi du temps. Mais, dès que nous pouvons y aller, nous le faisons, car nous avons encore beaucoup de temps d’antenne à rattraper », explique-t-il au Parisien.