fbpx
Actualités
Partager sur

État d’urgence: le Sénat vote pour sa prolongation

État d’urgence: le Sénat vote pour sa prolongation

Adoptée par le Sénat à une très large majorité, la prolongation de l'état d'urgence prendra effet le 26 mai pour une durée de deux mois

Noyée dans l’océan polémique de la loi travail, la prolongation de l’état d’urgence, jusqu’au 26 juillet, a été votée hier et est presque passée inaperçue. Et pourtant, le Sénat l’a adoptée mardi 10 mai à une très large majorité. Pas moins de 309 sénateurs ont voté en faveur du projet de loi de Bernard Cazeneuve. À noter tout de même que le recours au perquisitions administratives a été retiré de l’état d’urgence.

L’état d’urgence, une réponse au terrorisme

À compter du 26 mai, l’état d’urgence sera donc prolongé pour une durée de deux mois. Instauré aux lendemains des attentats du 13 novembre, il avait été par la suite prolongé une première fois en février dernier. Les événements sportifs à venir expliquent notamment cette décision. « Les enjeux de sécurité seront d’autant plus complexes à gérer que nous nous apprêtons à accueillir un nombre très important de visiteurs étrangers à l’occasion de l’Euro 2016 », a expliqué le ministre de l’Intérieur. Il a également insisté à plusieurs reprises sur « la persistance du péril imminent qui a justifié, en novembre dernier, la proclamation de l’état d’urgence ». L’Assemblée nationale devrait, à son tour, voter en faveur de ce projet de loi la semaine prochaine.

La prolongation de trop?

L’état d’urgence relevait dans un premier temps d’un caractère exceptionnel. Six mois plus tard, ce qui devait être une réponse à la menace terroriste, à court terme, dure trop longtemps pour certains. C’est le cas, notamment, de 30 sénateurs communistes et écologistes qui ont voté contre le projet de loi. Esther Benbassa, sénatrice écologiste, a ainsi revendiqué« un vote de résistance ». En s’opposant à la prolongation de l’état d’urgence, la majorité de son groupe exprime que l’« on ne peut indéfiniment paralyser nos concitoyens par la peur ». Des utilisateurs de Twitter semblent être en accord avec cette idée et regrettent la discrétion dans laquelle s’est fait le vote.

Auteur: V.O.