fbpx
Actualités
Partager sur

Enquête: la France est le troisième pays le plus touché par la perte de journalistes en 2015

Enquête: la France est le troisième pays le plus touché par la perte de journalistes en 2015

Le rapport de Reporters sans Frontières annoncent que la France est le troisième pays à avoir perdu le plus de journalistes en 2015. Au milieu de toutes les autres dictatures mondiales.

Reporter Sans Frontières a dévoilé le nombre de journalistes qui ont perdu la vie en exerçant leur métier en 2015. Selon leur bilan, se sont 67 personnes qui ont été tuées cette année, et suite aux attentats de Charlie Hebdo, la France se retrouve en troisième position de ce classement. A ces chiffres s’ajoutent aussi 27 blogueurs et 7 collaborateurs de médias qui ont été assassinés d’après l’ONG. Celle-ci déclarent d’ailleurs qu’elle souhaite recueillir « sans tarder d’un représentant spécial pour la protection des journalistes auprès du secrétaire général des Nations Unies ». En 2014, le chiffre était de 66 journalistes.

La France, troisième entre la Syrie et le Yémen

Dans ce classement, on retrouve en tête, l’Irak et la Syrie, deux pays en guerre contre le groupe terroriste Daech. La France, elle se trouve en troisième position devant le Yémen, le Soudan du Sud, l’Inde, le Mexique et les Philippines. Selon les résultats, 9 journalistes ont été tués en Irak et en Syrie. La France a perdu 8 journalistes qui sont ceux de la rédaction de Charlie Hebdo lors des attentats de janvier 2015. Cette attaque d’ailleurs « participe à l’inversion de la tendance de 2014 où deux tiers des reporters tués dans le monde l’avaient été en zones de conflits. Cette année, au contraire, deux tiers des journalistes tués l’ont été en temps de paix », explique l’organisation.

787 journalistes tués en 10 ans

Malgré tout, RSF explique que ces chiffres doivent être pris d’une manière globale. Car ce sont seulement les morts officielles dans le cadre de la fonction des journalistes qui sont pris en compte. En effet, l’ONG explique qu’au total, 110 journalistes ont perdu la vie, les 43 autres étant considérés comme des morts suspectes. « Cette situation préoccupante est imputable à une violence délibérée contre les journalistes, et témoigne de l’échec des initiatives en faveur de leur protection », explique l’organisation dans un communiqué de presse. Depuis 10 ans, ce sont près de 787 journalistes dans le monde qui ont perdu la vie en pratiquant leur métier.