fbpx
Actualités
Partager sur

Emploi: les personnes obèses sont victimes de discrimination à l’embauche

Emploi: les personnes obèses sont victimes de discrimination à l’embauche
Partager
Partager sur Facebook

Dans une étude, menée conjointement par Le Défenseur des Droits et l'Organisation Internationale du Travail, on apprend que l'apparence physique serait le deuxième critère de discrimination à l'emploi.

Le Défenseur des Droits et l’Organisation Internationale du Travail ont dévoilé leur 9ème baromètre concernant la perception des discriminations dans l’emploi. Et à la question de savoir si le physique était un critère de discrimination à l’embauche, 8 personnes interrogées sur 10 ont répondu oui. L’étude a été réalisée sur un échantillon de 998 demandeurs d’emploi âgés de 18 à 65 ans, représentatifs de la population des demandeurs d’emploi interrogés par questionnaire auto-administré en ligne du 27 octobre au 18 novembre 2014.

Le physique influence le recruteur

33% des personnes sondées ont estimé avoir été discriminées lors d’un entretien d’embauche et parmi celles-ci, 79% pensent que leur physique a eu une influence sur le recruteur au moment de l’entretien. Avoir une corpulence ou un style vestimentaire « hors norme » serait encore plus problématique pour être engagé. Les femmes obèses déclarent 8 fois plus souvent avoir été discriminées que celles ayant un IMC « dans la norme ». C’est le même constat pour les femmes possédant un style vestimentaire particulier par rapport à celles ayant un style plus « normal ». A contrario, pour 66% des femmes et 65% des hommes, le fait d’avoir un physique considéré comme « attractif » serait vu comme un avantage pour le recrutement.

Discrimination : que risquent les employeurs ?

La discrimination à l’emploi tombe sous le coup de la loi. Et théoriquement, les recruteurs risquent des peines conséquentes. Invité d’Europe 1 ce matin, le sociologue et directeur de l’Observatoire des discriminations, Jean-François Amadieu l’a précisé, « un employeur qui discrimine quelqu’un risque jusqu’à 45.000 euros d’amende et trois ans de prison », avant d’ajouter, « on ne condamne vraiment jamais à des peines de prison. » Des peines symboliques pour mettre ce problème de société sur le devant de la scène médiatique. Pour le sociologue, la solution à ce problème de discrimination notamment à l’encontre des obèses, réside en parti dans l’instauration généralisée du CV anonyme. La suppression de la photo serait un premier pas du fait de l’aperçu que l’on peut se faire d’une personne. Il en reste que la discrimination à l’embauche reste très difficile à prouver malgré le fait qu’un grand nombre de personnes en souffre.