fbpx
Actualités
Partager sur

Emirats Arabes Unis: le pays crée deux ministères plutôt insolites

Emirats Arabes Unis: le pays crée deux ministères plutôt insolites

Ce n'est pas une blague, les Emirats Arabes Unis souvent accusés de violer les droits de l'Homme, créent le ministère du Bonheur et celui de la Tolérance.

L’émir de Dubaï, Mohammed ben Rachid Al Maktoun, l’a annoncé sur Twitter, les Emirats Arabes Unis viennent de créer deux nouveaux ministères : celui du Bonheur et celui de la Tolérance. Un pays où l’application des Droits de l’Homme et du Citoyen est largement critiqué par la communauté internationale. Qui plus est, ce sont deux femmes qui ont été nommées à ces postes pour le moins originaux. Quant on connaît le gouffre qui existe entre la place de la femme et celle de l’homme dans la société du pays, ce choix peut ressembler à une avancée. Ou à un écran de fumée ?

Les Emirats Arabes Unis veulent changer d’image

En nommant 5 femmes à des postes de ministres, les Emirats Arabes Unis expriment leur volonté de changer d’image. Mais ces cinq femmes sont l’arbre qui cache la forêt. La loi dans les Emirats permet aux hommes de « réprimander leurs femmes par la force physique ». Leurs femmes au pluriel, parce que la polygamie n’est pas interdite. Seulement pour les hommes, les femmes n’ont évidemment pas le droit d’avoir plusieurs maris. Et une fois mariée il est presque impossible pour une femme de divorcer. Et se marier avec un non-musulman est synonyme de perte de nationalité. Ceci ne sont que quelques exemples de la soumission de la femme à l’homme dans la loi des Emirats Arabes Unis.

Le bonheur, un concept flou pour une majorité d’habitants des Emirats

Les Emirats Arabes Unis sont un état fédéral où la torture est plus courante que le droit d’utiliser sa liberté d’expression. Les voix allant à l’encontre des idées du pouvoir en place s’éteignent rapidement. Les travailleurs migrants (qui représentent près de 90% de la population) ont quant à eux, des droits très limités. Ils ne peuvent pas se syndiquer ou se former en groupes pour négocier avec leur patron. De plus, le salaire minimum n’existe pas dans les EAU. Alors peut-être que l’argent ne fait pas le bonheur… Il n’empêche que Chemma al-Mazroui, la ministre du Bonheur de 22 ans et fraîchement diplômée d’Oxford, va avoir du pain sur la planche.