Actualités
Partager sur

Ecologie: nous vivons maintenant à crédit sur la Terre

Ecologie: nous vivons maintenant à crédit sur la Terre
Partager
Partager sur Facebook

Nous vivons maintenant à crédit sur la Terre. Cela signifie que l'humanité à consommé la totalité des ressources de la planète renouvelables en un an.

Comprenons-nous bien, il ne s’agit que du brusque retour des choses sur la planète Terre qui nous accueille. Mais dorénavant, l’humanité vit à crédit pour les ressources disponibles sur Terre. Ce que cela signifie, c’est que notre consommation a dépassé le seuil des exploitations des ressources de la Terre qui puissent être régénérées en un an. Autrement dit, les habitants de la planète ont consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler. Ce n’est pas une première, en effet, en 2015, cette date fatidique avait été enregistrée le 13 août. Mais cela signifie qu’inéxorablement, la consommation des ressources de la Terre augmente chaque année, mettant ainsi un peu plus en danger la planète, ainsi que son humanité toute entière. Global Footprint et la WWF ont écrit dans un communiqué qu’à partir de ce lundi, la Terre vit à crédit. La première fois que cela s’est produit, c’était en 1970 et la date était celle du… 23 décembre.

« Vivre à crédit ne peut être que provisoire »

Pour parler en chiffre, les deux associations révèlent que pour subvenir aux besoins des habitants de la Terre, « nous avons aujourd’hui besoin de l’équivalent de 1,6 planète ». Dans son communiqué, les deux groupes expliquent que « le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries d’eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces », ajoutant ensuite que v« ivre à crédit ne peut être que provisoire, parce que la nature n’est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment ». La seule solution serait en effet de consommer moins et donc de commencer à économiser sur les ressources de la Terre afin de se contenter de ce qu’elle peut fournir en une année complète.

Réduire les gaz à effet de serre pour sauvegarder la Terre

Ce dépassement est causé par des facteurs bien précis que les spécialistes de l’écologie parlent de manière fréquente, comme les émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre qui selon WWF et Footprint, représentent « 60 % de notre empreinte écologique globale ». Un rapport annuel sur l’état actuel du climat et qui a été rendu public mardi, explique que les émissions de gaz à effet de serre ont atteint une nouvelle fois des records l’année précédente. Si lors de la Cop 21, les principaux dirigeants du monde ont accepté le fait de réduire leurs émissions, les deux associations expliquent que d’ici 2030, l’humanité aura consommé les ressources de la planète dès le 28 juin.