fbpx
Actualités
Partager sur

Un directeur de centre équestre accusé de viol sur 4 élèves

Un directeur de centre équestre accusé de viol sur 4 élèves

Le directeur d'un centre équestre situé dans l'Eure est soupçonné d'avoir abusé de plusieurs élèves cavalières. Ancien candidats aux municipales, il aurait déjà été condamné pour des faits similaires en 2007

La stupeur et l’incompréhension règnent à Epieds dans l’Eure depuis que les parents de quatre élèves d’un centre équestre ont appris que leurs filles auraient été abusées sexuellement par le directeur de l’établissement. Ce que ne comprennent pas les parents des victimes c’est que l’homme avait été précédemment condamné pour des faits similaires mais n’avait écopé que d’une peine avec sursis.

Quatre victimes du directeur, peut-être plus

L’homme est pour l’instant soupçonné d’avoir abusé de quatre cavalières mineures, mais le bilan s’est alourdi, la police enquête sur d’autres victimes potentielles.
« Ma fille a subi ses agissements et ses assauts pendant presque une année. Malheureusement, ma femme et moi n’avons rien vu », raconte le père de l’une des victimes dans un interview accordée à Paris-Normandie relayée par BFM TV,« Nous avons su après qu’elle a même été contrainte de prendre la pilule du lendemain à cause d’un accident de préservatif. C’est lui-même qui est allé l’acheter pour ma fille! C’est un prédateur, qui avait menacé de tuer son cheval si elle ne s’exécutait pas » ajoute-t-il. Il aurait même proposer à ses victime de leur faire passer leur galops (niveau d’équitation) plus facilement si elles acceptaient ses avances.

Une condamnation en 2007 pour viol dans le même centre équestre

A la tête du centre équestre « Les chevaux de la vallée de l’Eure » d’Epieds, l’accusé était bien connu dans la région : il s’était présenté aux élections municipales engrangeant près de 14,7% des voix. Mais avant ça, l’homme avait également fait parler de lui, et c’est de là que vient l’incompréhension : il avait été condamné pour des faits d’agression sexuelle en 2007, sur une élève du centre équestre également. Il n’avait écopé que de 8 mois de prison avec sursis, d’une obligation de soin et avait été inscrit au Fichier automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes (FIJAIS). Mais aucune interdiction d’exercer n’avait découlé de sa condamnation.

Les mêmes questions que pour l’affaire du professeur pédophile de Villefontaine émergent : Les antécédents de l’accusé étaient-ils connus du reste du personnel ou de la hiérarchie ?

La Ministre de l’Education Nationale Najat-Vallaut Belkacem et la Garde des Sceaux Christiane Taubira présenteront cette semaine un projet de loi de lutte contre la pédophilie à l’école visant à imposer la transmission des dossiers judiciaires des employés des secteurs de l’éducation des centre de loisirs ou de vacances.

Source : BFM TV