fbpx
Actualités
Partager sur

Cologne: les agressions sexuelles auraient été planifiées selon le ministre de la Justice

Cologne: les agressions sexuelles auraient été planifiées selon le ministre de la Justice

Les viols en série de Cologne inquiètent énormément en Allemagne, surtout que des zones d'ombre planent encore sur l'enquête. Mais que sait-on réellement de ce qui s'est passé ?

Les scènes de viols qui ont incendié la nuit de la Saint Sylvestre à Cologne ont choqué l’Allemagne et l’Europe entière. Mais que sait-on réellement de l’enquête et de ce qui s’est passé sur place. Si les autorités allemandes ont annoncé ce lundi que la majorité des auteurs des faits sont des personnes d’origines étrangères, celles-ci ont aussi demandé à ne pas faire d’amalgames trop rapide sur la question. Une information confirmée par le ministre de l’Intérieur de l’Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger, qui a écrit dans un rapport présenté devant les élus locaux de Cologne que « les personnes qui ont commis ces crimes étaient presque exclusivement d’origine immigrée », précisant qu’il s’agissait avant tout de « personnes originaires d’Afrique du Nord et du monde arabe ». Selon une première liste, de nombreux réfugiés seraient arrivés en Allemagne l’année dernière et 19 autres suspects seraient originaires du Maroc et d’Algérie. Quatre d’entre eux ont été placés en détention provisoire par la justice de Cologne.

Les événements de Cologne inquiètent les allemands

Malgré l’événement tragique qui s’est produit, le ministre a mis en garde contre une forme de stigmatisation des étrangers suite à ces événements. « C’est ce que font les charognards de l’extrême droite, c’est leur seul argument », a-t’il annoncé après la découverte d’agressions contre des groupes de réfugiés, notamment des Pakistanais et un Syrien, dans la nuit de dimanche à lundi par une vingtaine de personnes qui seraient identifiées comme des sympathisants de l’extrême droite allemande. Une tendance qui risque de s’accentuer dans les prochains jours. Alors qu’avant les faits de Cologne, les Allemands étaient favorables en majorité à l’accueil des migrants, un autre sondage de la maison allemande de RTL, révèle que 57% sont maintenant douteux quant à la hausse de criminalité que cela engendre.

Des zones d’ombres planent encore sur l’enquête

Pour le moment, le rapport de Ralf Jäger est une première. Alors que la police de Cologne est pointée du doigt pour sa communication désastreuse, des zones d’ombres sont encore présentes sur l’enquête. Les questions sur l’ampleur des événements sans intervention policière, l’attente avant d’annoncer les faits au grand public, ou encore sur la planification des violences sont dans les têtes allemandes et européennes. Sur cette dernière question, le ministre de la Justice a déclaré : « quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié ».