fbpx
Actualités
Partager sur

Code de la route: il sera bientôt possible de le passer à la Poste

Code de la route: il sera bientôt possible de le passer à la Poste

Le Code de la route va pouvoir être passé dans un bureau de poste à partir du 13 juin prochain. Une mesure qui inquiète les professionnels dans les auto-écoles.

Sur la réforme du permis de conduire, c’est la mesure qui faisait le plus polémique. Pourquoi ? Car à partir de maintenant, la Poste et le groupe d’inspection et de certification SGS ont obtenu leur agrément pour pouvoir faire passer l’examen du Code de la route. Si cette mesure avait pour but de décharger les inspecteurs de cette charge de travail, ceux-ci semblent contre un tel procédé. A partir du 13 juin, les candidats pourront donc passer le Code dans le bureau d’une conseiller financier de la Poste… Une nouvelle mesure à laquelle le centre postal y accorde une attention particulière.

350 sites de la poste à l’automne pour faire passer le Code

En effet, ce nouveau procédé qui s’inscrit dans le cadre de la réforme du permis de conduire présenté en juin 2014, intéresse fortement la Poste qui a déjà prévu l’ouverture de neuf centres d’examen pour le 13 juin prochain, date officielle de la mise en application de la procédure. Un objectif restreint en vue de la prévision des 300 centres qui seront ouverts à l’automne prochain dans toute la France. La SGS n’est pas en reste, car si elle prévoit l’ouverture de 13 sites au 13 juin, ce seront 350 qui suivront dans les mois à venir, voire 400 d’ici la fin du l’année. Dans l’acte, la Poste a annoncé que les candidats ne passeront l’examen qu’à 18, pas plus. Il sera même possible de les passer individuellement.

Une commercialisation malsaine du Code ?

Mais pourquoi une polémique ? Car le fait de faire passer des examens payants par des organismes professionnels peut être discutable. En effet, la manne financière qui s’en dégage pourrait rendre le dispositif compliqué et la qualité du Code pourrait en pâtir. En effet, si l’objectif reste financier, il sera facile de brader l’examen pour attirer plus de candidats ou au contraire, le rendre encore plus dur pour obliger les candidats à le repasser… Autrement dit, il est possible de se retrouver face à une commercialisation du Code, ce qui inquiète les professionnels.