fbpx
Actualités
Partager sur

Cigarette électronique: la publicité de ces produits est maintenant interdite

Cigarette électronique: la publicité de ces produits est maintenant interdite

La publicité autour de la cigarette électronique est maintenant interdite. Une mesure qui agace certains spécialistes.

Encore une fois, la cigarette électronique fait débat ! En effet, alors que le produit avait la possibilité de faire de la publicité, il prenait un avantage médiatique conséquent face aux rivaux du tabac qui sont eux, interdit par la loi Evin. Si cela dérangeait, c’est qu’elle mettait en avant la cigarette électronique comme un objet de consommation simple, non nocif. Alors même si les études tendent à prouver qu’elle est moins nocive que le tabac classique, la cigarette électronique n’en reste pas moins dangereuse. Une ordonnance du journal officiel paru le 20 mai déclare : « La propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac, des produits du tabac, ainsi que toute distribution gratuite ou vente d’un produit du tabac à un prix inférieur à celui qui a été homologué sont interdites ».

Plus de publicité pour la cigarette électronique

Désormais, il est vrai que la cigarette électronique est considérée comme un produit issu du tabac. En prenant cette mesure, la France ne fait que respecter la directive européenne sur les produits issu du tabac. Il devient donc interdit de faire la prospection pour la cigarette électronique, excepté dans les produits faisant commerce de la cigarette électronique dans lesquels il sera possible de poser des affiches publicitaires. C’est déjà le cas dans les tabacs. Mais elle ne devront pas être visibles dans la rue. Cette mesure qui paraît logique lance tout de même un message auquel certaines personnes issues du monde médical sont opposés.

Un mauvais message envoyé autour de la cigarette électronique

« Certes, nous ne savons pas tout de la cigarette électronique. Mais on sait qu’elle est beaucoup moins nocive que la cigarette », avait expliqué le médecin William Lowenstein, président de SOS Addictions, lors du sommet français sur la cigarette électronique qui s’est tenu à Paris. Aujourd’hui, la cigarette électronique peut servir de d’alternatif à la consommation de cigarettes classiques. Sa nocivité étant moindre, elle est même conseillée au gros fumeur pour arrêter en douceur. Une telle mesure qui la mettrait au même niveau que la cigarette classique dans l’imagerie populaire pourrait freiner la lutte anti-tabac.