fbpx
Actualités
Partager sur

Castres: un militaire agressé au cutter par deux hommes

Castres: un militaire agressé au cutter par deux hommes
Partager
Partager sur Facebook

Les deux agresseurs auraient parlé des bombardements en Syrie au militaire pour justifier leur acte

Un militaire du 8e régiment de parachutiste d’infanterie de la marine de Castres a été attaqué à l’arme blanche dans la nuit de mercredi à jeudi 27 Mai. Hospitalisé immédiatement après son agression, les jours de l’homme de 33 ans ne sont pas en danger. Le militaire devrait bientôt être entendu par la justice.

«  Des bombardement en Syrie »

Alors qu’il effectuait seul et en uniforme, une marche d’entraînement à quelques kilomètre de sa caserne, à Saint-Julien-du-Pay (Castres), un militaire du 8e régiment de parachutiste s’est fait agressé par deux hommes. Munis d’un cutter, ces derniers ont roué de coups le militaire de 33 ans.  Selon son récit, les deux hommes l’auraient d’abord abordé en lui reprochant les bombardements français en Syrie. Après un court échange, les deux individus auraient vite sorti un sorti un cutter et auraient commencé à le frapper à coups de poing, avant de lui asséner deux coups de cutter. Des passants, qui n’ont pas assisté à la scène, mais l’ont découvert blessé – notamment à la cuisse –  ont rapidement prévenu les pompiers pour secourir l’homme.

Le militaire hospitalisé dans la nuit de mercredi à jeudi

Hospitalisé dès la nuit de son agression, le militaire devrait rapidement être entendu par les enquêteurs en charge de l’affaire afin d’éclaircir les circonstances des faits et mettre un nom sur ses agresseurs. Selon une source judiciaire : « l’hypothèse d’une agression sur fond de revendication islamiste n’est pas établie. » Une enquête judiciaire a d’ores et déjà été ouverte. Pour l’instant, aucun suspect n’a été arrêté. Les deux individus ont immédiatement pris la fuite suite à l’agression, ils sont désormais activement recherchés par les forces de l’ordre. Quant aux militaire du du 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa), son corps présente de nombreuses entailles, notamment aux niveaux de la poitrine et ne la cuisse, mais ses jours ne sont pas comptés.