fbpx
Actualités
Partager sur

Brexit: les promesses de campagne des anti-europe ne pourront pas être tenue

Brexit: les promesses de campagne des anti-europe ne pourront pas être tenue
Partager
Partager sur Facebook

Les pro-Brexit avaient centré leur campagne sur trois axes… Et même pas une semaine après le vote, ils annoncent que ces promesses sont compliquées à tenir.

Visiblement, les leader du mouvement Brexit ne s’étaient pas préparés à un tel retournement, et certaines de leurs promesses de campagne se sont révélées être proche du mensonge. Si pour certains cela est dû à un contexte qui ne favorise pas la tenue de leurs engagements, pour d’autres, c’est simplement et clairement du mensonge. Pour tout comprendre, il faut avant tout voir que la campagne des pro-Brexit tournait autour de trois promesses. La première était avant tout le renflouement du service public de santé. Comment ? Les 350 millions de Livres Sterling qui étaient distribuées à l’UE seraient automatiquement reversées dans ce système pour faciliter l’accès aux soins… Problème, Nigel Farage, le chef de file du parti anti-europe Ukip, a reconnu que c’« était une erreur de la campagne du Leave »… Premier échec !

Brexit et immigration… l’incompréhension

Le second échec n’est pas mieux… En effet, si la campagne du Brexit s’est formée et a rallié énormément de monde, c’est notamment pour la volonté des partisans anti-Europe de lutter et de réduire drastiquement l’immigration… Interrogé sur la BBC, Daniel Hannan, un eurodéputé pro-Brexit, a déclaré que « la libre circulation du travail » serait toujours en vigueur. Il a ensuite ajouté que « nous n’avons jamais dit qu’il y aurait un déclin rapide de l’immigration. Si les gens qui nous regardent pensent qu’ils ont voté pour avoir une immigration zéro de l’UE, ils vont être déçus ». A la vue des augmentations des actes racistes Outre-Manche, il semble que certaines personnes ayant voté en faveur du Brexit soient fortement déçues de ces déclarations…

Le Royaume-Uni souhaitait conserver les avantages de l’Union Européenne

Comble de la déception des pro-Brexit, une majeure partie d’entre eux souhaitaient conserver l’accès au marché unique européen… Mais pour la chancelière Angela Merkel, c’est un non direct ! Pourquoi ? Car la leader allemande considère que le Royaume-Uni ne peut clairement pas choisir ce qu’il souhaitait de l’UE. En gros, cela reviendrait à conserver les privilèges en se détachant des obligations que doivent respecter tous les membres… Pour l’ancien Premier ministre d’Ecosse défavorable au Brexit, Alex Salmond, « les Brexiters ont gagné le référendum mais ils n’ont absolument aucune idée de ce qu’ils vont faire. Ils n’ont aucun plan ».