fbpx
Actualités
Partager sur

Brexit : les Anglais nous disent « Good bye »

Brexit : les Anglais nous disent « Good bye »

Le référendum britannique sur le maintien dans l’UE a eu lieu jeudi 23 juin. C’est de justesse que le Brexit l’emporte. Les conséquences tombent comme la pluie en Angleterre.

Le Brexit a finalement gagné le referendum avec 51,9 % des voix, selon les résultats définitifs. La tendance s’est retournée dans la nuit. Les partisans de la sortie de l’Union européenne l’emportent de peu. 17,4 millions de personnes ont voté pour le Brexit contre seulement 16,1 millions pour rester dans l’UE. Du jamais vu dans l’UE, le nombre de membre n’avait encore jamais régressé depuis sa création en 1957. L’Union Européenne est ébranlée par ce bouleversement géopolitique. Les conséquences pour le Royaume-Uni sont imminentes, et pas forcément positives pour nos voisins d’outre Manche. Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a estimé vendredi que le vote des Britanniques en faveur d’une sortie de l’Union européenne était un « triste jour » pour l’Europe.

L’Ecosse et l’Irlande du Nord veulent quitter le Royaume-Uni

Après les résultats du Brexit, Nicola Sturgeon,la Première ministre écossaise a annoncé vendredi 24 juin, que l’Ecosse voyait « son avenir au sein de l’Union européenne ». Un second référendum pourrait être envisagé, cette fois, les résultats ont beaucoup plus de chances d’être différents. De même, l’ancien membre politique de l’Armée républicaine irlandaise (IRA), le Sinn Fein, a appelé vendredi 24 juin très tôt dans la matinée à un référendum sur une Irlande unifiée après le vote des Britanniques favorable au Brexit. Par ailleurs, le parti de l’IRA a ajouté que les résultats de ce référendum ont des « conséquences énormes sur la nature de l’État britannique » sachant que l’Écosse et l’Irlande du Nord ont voté pour un maintien au sein de l’Union européenne.

Le Brexit fusille l’économie

Les marchés financiers européens ont ouvert en baisse, une baisse très importante. Les banques centrales sont en alerte et vont devoir intervenir pour rassurer les marchés. Alors que les marchés financiers ne s’attendaient pas à une concrétisation du Brexit, la Bourse de Paris a ouverte en baisse de 7%, celle de Londres avec 8% de baisse, et surtout Francfort avec 10% de baisse. Les prix actifs financiers pourraient être autant impactés qu’avec la crise de Subprimes en 2008 après le faillite de la banque Lehman Brothers. Les marchés asiatiques et américains sont également touchés. En ce qui concerne le marché des changes, c’est la première fois que la Livre Sterling est aussi bas en trente ans. En revanche, le Brexit profite au cours de l’or qui augmente en flèche. De son côté la Banque du Japon (BoJ) a déjà annoncé qu’elle serait « prête à injecter des liquidités », en coopération avec les autres banques centrales, afin de limiter l’impact du Brexit sur les marchés asiatiques.