Actualités
Partager sur

Attentats de Bruxelles : le testament d’un terroriste retrouvé

Attentats de Bruxelles : le testament d’un terroriste retrouvé
Partage
Partager sur Facebook

Le testament de Mohamed Abrini, « l’homme au chapeau » des attentats de Bruxelles, aurait été retrouvé dans un ordinateur jeté près de la planque des terroristes.

L’homme au chapeau

des attentats de Bruxelles, Mohamed Abrini, a-t- il laissé un testament ? Près de deux mois après le drame qui a secoué la Belgique, les enquêteurs auraient mis la main sur un document qui s’en approche fortement. Le papier écrit par ce belgo-marocain de 31 ans, a été retrouvé dans un ordinateur découvert par un agent communal dans une poubelle près de la planque des terroristes. Dans cette lettre datée du 2 février, il se félicite des attentats de Paris et indique clairement sa volonté de mourir en martyr.

Un testament qui prouve son rôle dans les attentats de Bruxelles

Contrairement à ce qu’il affirme depuis son arrestation le 8 avril dernier, le contenu du testament pourrait prouver que Mohamed Abrini a joué un rôle clé dans les attentats de Bruxelles. Il y raconte notamment les raisons de sa radicalisation : la mort de son frère Souleymane lors d’une attaque suicide en Syrie deux ans auparavant. C’est après cet évènement qu’il décide de s’engager dans le djihad. Dans ce document, il explique également considérer les terroristes du 13 novembre comme des « héros ». Il s’adresse ensuite à sa mère pour justifier ce qu’il considère comme un réplique aux interventions de la France en terres d’Islam et à son soutien à Israël. Le testament signé du nom guerrier de son frère « Abou Yaya », représente une preuve accablante contre le terroriste.

Un document écrit sous la contrainte selon l’homme au chapeau

Mais le testament en est-il bien un ? Ce n’est pas ce qu’affirme Mohamed Abrini aux enquêteurs. Selon la Dernière Heure, il leur aurait expliqué que le texte avait été écrit sous la contrainte. Il s’agirait d’un simple copier-coller type imposé à tous les membres de la cellule terroriste. Que le document ait été rédigé volontairement ou non, Mohamed Abrini était connu des services antiterroristes avant les attentats de Bruxelles. Ami de longue date des frères Abdeslam, il avait également partagé la même cellule qu’Abdelhamid Abaaoud, l’instigateur du 13 novembre. Le belgo-marocain est donc inculpé pour « assassinats terroristes » dans les attentats de Bruxelles, mais aussi de Paris.