fbpx
Actualités
Partager sur

A 68 ans, il se faisait passer pour un playboy pour coucher avec des femmes

A 68 ans, il se faisait passer pour un playboy pour coucher avec des femmes

Michel, 68 ans, utilisait une photo d'un beau jeune homme pour séduire des femmes sur internet. Accusé de viols par surprise, il a trompé plusieurs femmes dans le noir en prétendant être un playboy

Le parquet de Nice a qualifié l’acte de l’accusé de « viol par surprise ». Ce Niçois de 68 ans a été arrêté à Nice pour avoir trompé le jugement de plusieurs femmes en se faisant passer pour un playboy sur internet. Il aurait ainsi couché avec plusieurs femmes, dans la pénombre, sans révéler sa vraie identité.

Il se crée une identité de Playboy sur Zoosk

Michel s’était inscrit sur le site de rencontre Zoosk pour rencontrer des femmes de sa région. Histoire de maximiser ses chances de réussite, il s’était créé une fausse identité : Anthony Laroche, 37 ans, beau, musclé : l’homme idéal. Un homme bien différent du vrai Michel, âgé, dégarni et au ventre rond.
Pour s’assurer de ne pas être reconnu lors de la rencontre et pouvoir coucher avec ses conquêtes, il disait vouloir avoir des rapports sexuels, pimentés, à la façon 50 Nuances de Grey.

Le physique ravageur associé à ces propositions érotiques a convaincu Sylvie (son nom a été changé pour préserver son anonymat), 40 ans, l’une des victimes du faux playboy. Après avoir échangé plusieurs textos coquins, elle a fini par le rencontrer. Elle est entré dans son appartement entièrement plongé dans le noir, a rapidement pris le bandeau qu’il lui indiquait pour commencer leur jeu sexuel.

Elle allume la lumière et découvre l’homme de 68 ans

Après avoir eu un rapport sexuel, Sylvie a insisté pour allumer la lumière et a découvert le pot-aux roses : « J’ai vu un homme d’environ 65 ans avec des lunettes, un peu dégarni sur le dessus, bien ridé. Il ne correspondait absolument pas à la photo. J’ai eu un sentiment de dégoût total. »
Au cours de l’enquête, la police a découvert que l’homme avait fait l’objet de deux plaintes pour des faits similaires en 2009 et 2013, toutes les deux classées sans suite. Plus de 300 contacts de femmes incluants des photos suggestives ont été retrouvé dans son ordinateur.

Lors de son audience, Michel a réfuté les accusations de viol : « Pour moi, quand elle (NDLR : Sylvie) est venue dans la chambre nue, elle était consentante, et à ce moment-là, elle se moquait totalement de la tête que j’avais. » avant d’ajouter « Si elle m’avait demandé ne serait-ce qu’une seule fois si j’étais vraiment l’homme de la photo, je lui aurais dit la vérité » Une défense qui n’a pas convaincu les juges.

Photo : Le Parisien

Source : Le Parisien