fbpx
Actualités
Partager sur

Militaire poignardé à la Défense : l'auteur a reconnu les faits

Militaire poignardé à la Défense : l'auteur a reconnu les faits

L’homme ayant agressé un militaire à la Défense et interpellé mercredi dans les Yvelines a reconnu les faits. Déjà connu des services de police l’homme aurait agi selon son idéologie religieuse

Le militaire Cédric Cordier avait été agressé sauvagement lors de sa patrouille dans le cadre du plan Vigipirate. Attaqué par derrière et poignardé dans le cou l’auteur présumé des faits a avoué être à l’origine de cette agression selon le procureur de Paris François Molins. Originaire du Perray-en-Yvelines, l’homme de 23 ans était déjà connu des services police pour des faits de petite et moyenne délinquance. Repéré dimanche l’homme est un jeune islamiste récemment converti et déjà connu des services de police spécialisés pour ses convictions religieuses. Le procureur pointe aussi une volonté de tuer assez évidente. L’identité de l’homme avait aussi été contrôlée en 2007 lors d’une prière de rue. : A part cette prière de rue, il n’y a pas d’autre élément pouvant laisser croire à sa dangerosité a expliqué Christian Flaesch directeur de la police judiciaire, en ajoutant que le jeune homme était pourtant issu d’une famille qui paraît tout à fait honorable .

Partisan d’un islam radical

La qualification terroriste sera sans doute retenue pour cet acte de violence car le procureur a précisé que l’auteur avait porté plusieurs coups avec détermination. L’homme s’était en effet converti à l’islam à la fin de sa minorité et était partisan d’un islam traditionaliste voire radical, depuis trois ou quatre ans selon des sources proches de l’enquête. En attendant : L’enquête menée sous l’autorité du parquet antiterroriste devra déterminer quels ont été le parcours, l’environnement et les motivations de ce jeune homme expliquait le communiqué du ministre. Une agression étrange qui est arrivée trois jours après le meurtre d’un soldat britannique par deux islamistes radicaux à Londres.

Clémence Rouvellat

Photo CC @AFP – Eric Feferberg