fbpx
Actualités
Partager sur

Attentat à Boston : découverte d’ADN féminin sur l’une des bombes

Le FBI a prélevé lundi des échantillons d’ADN chez la veuve de Tamerlan Tsarnaev, l’un des auteurs de l’attentat de Boston. Les enquêteurs auraient découvert de l’ADN féminin sur l’une des deux bombes retrouvée après l’explosion

L’investigation se poursuit activement quinze jours après l’attentat survenu à Boston lors du marathon. Les enquêteurs américains cherchent aujourd’hui à démontrer que Tamerlan et Djokhar Tsarnaev, principaux suspects de l’attaque, ont assemblé eux-mêmes les bombes.

Le FBI s’est rendu lundi au domicile de la veuve de Tamerlan Tsarbaev dans le but de retrouver des éléments prouvant qu’elle ait aussi participé à la préparation des explosifs. La police doit notamment analyser les échantillons d’ADN prélevés dans la maison.

Recherche de complices

Le FBI aurait retrouvé de l’ADN féminin sur l’une des deux bombes qui ont explosé à Boston, a révélé lundi le Wall Street Journal. Mais les enquêteurs n’ont toujours pas confirmé cette information.

La jeune femme résidait avec Tamerlan Tsarnaev et leur fille dans une maison à Cambridge (Massachusetts). Le défunt, âgé de 26 ans, est considéré comme l’un des instigateurs de l’attentat du 15 avril qui a fait trois morts et blessé 264 personnes. Les autorités ont découvert au domicile du couple des éléments utilisés dans la fabrication des bombes.

Outre la veuve de Tamerlan, la police cherche à savoir si les deux frères auraient bénéficié de complices ne résidant pas obligatoirement dans la région de Boston.

F. G.

Photo CC @REUTERS