fbpx
Actualités
Partager sur

François Hollande affirme à nouveau qu’aucune rançon ne sera donnée pour les otages

Alors qu’I-Télé a déclaré que la famille Moulin-Fournier prise en otage et relâchée dernièrement a recouvré sa liberté contre une rançon de 7 millions de dollars, François Hollande a quant à lui réaffirmé qu’aucune rançon n’a été donnée pour libérer les détenus

Relâchée par la secte islamique Boko Haram il y a une semaine, I-Télé a affirmé que la libération aurait été possible grâce à une rançon de 7 millions de dollars reversés à la secte, et à la libération de seize islamiques. La famille était retenue dans une zone frontalière au Cameroun et au Nigéria. La présidence de la République quant à elle reste sur ses positions et François Hollande a à nouveau déclaré qu’aucune contrepartie financière ne serait reversée pour faciliter la libération d’otages. Alors que la vie politique est chamboulée depuis les mensonges de Jérome Cahuzac, la confiance est extrêmement importante actuellement, et l’opinion publique est à fleur de peau.

Une histoire dangereuse

La famille avait été enlevée le 19 février par des brigands, partisans d’une libération rapide pour la famille, ils avaient finalement changé d’avis pour livrer les Moulin-Fournier à la secte islamiste de Boko Haram. Une cellule d’organisation liée à la présidence du Cameroun s’était alors rapidement mise en place composée de notables locaux pour négocier. Un accord est arrivé rapidement, concernant la libération de quatorze membres de la secte de Boko Haram. Ceux-ci essaient alors de réclamer plus d’argent pour la libération de certains de leurs membres très importants : le marché est conclu, donnant naissance à la libération de la famille française.

Démenti

François Hollande l’avait affirmé il y a une semaine, aucune rançon n’a été versée par l’état ou par GDF/suez employeur du père de la famille. Jean-Marc Ayrault a déclaré à nouveau ce vendredi On dit toujours ça après une libération. L’important, c’est qu’ils aient été libérés. Bien entendu, on dément. L’état a expliqué ce vendredi que cette libération est due aux contacts multiples que nous avons pu établir.

Clémence Rouvellat

Photo CC @Photo AFP/Thomas SAMSON