fbpx
Actualités
Partager sur

Pilules de 3ème et 4ème génération : les ventes chutent

L’alerte lancée sur les risques liés aux pilules de 3ème et 4ème générations s’est traduite en janvier par une chute de 23% des ventes de ces contraceptifs. Des plaintes qui se sont faites réellement entendre…

Suite aux nombreuses plaintes déposées contre certaines pilules, la vente des pilules a chuté de 3,5% depuis le mois de janvier. 12.000 femmes ont arrêté d’acheter la pilule selon des chiffres diffusés hier par l’Agence du médicament (ANSM).
 Le recul des ventes de pilules de 3ème et 4ème générations, observé sur la semaine du 18 au 25 janvier par rapport à la même période en 2012, a été en partie compensé par une hausse de 16 % des ventes de pilules de 1ère et 2ème générations.

Des résultats immédiats

Les ventes de tous les types de contraceptifs oraux combinés ont décliné de 3,5 % sur cette période, ce qui signifie qu’environ 12.000 femmes avaient cessé d’acheter des pilules en France pendant la 3ème semaine de janvier.
En 2011, 4.274.000 femmes utilisaient des contraceptifs de type oraux. 

Pour lutter contre ce phénomène, l’ANSM recommande aux médecins de prescrire en « première intention », c’est-à-dire en premier choix, les pilules de 2ème génération, voire de 1ère génération, en raison des risques accrus de thrombose (formation de caillots sanguins) que font courir les pilules de conception plus récentes comme les plaintes l’ont laissés entendre.

Déborah Dijaud