fbpx
Actualités
Partager sur

Rythmes scolaires : pour Vincent Peillon, « six semaines de vacances l'été, c'est suffisant »

Rythmes scolaires : pour Vincent Peillon, « six semaines de vacances l'été, c'est suffisant »
Partager sur Facebook

Ce dimanche, Vincent Peillon a préconisé une réduction des vacances d’été à six semaines réparties en deux zones, mais le ministre ne souhaite pas ouvrir le débat avant 2015, lorsque sera achevée la réforme de la semaine de 4,5 jours

Sur BFMTV, Vincent Peillon a été clair : Nous devons être capables d’avoir un zonage l’été, deux zones, et nous devons être capables d’avoir six semaines, c’est suffisant, a déclaré le ministre. Deux mois de vacances seraient donc trop longs seront lui.

Quand vous voyez la difficulté sur les rythmes scolaires à passer à 4,5 jours, c’est un sujet dont on commencera peut-être à discuter en 2015, a précisé le ministre. Matignon a ensuite confirmé, comme l’a indiqué Vincent Peillon, que cette piste n’était pas à l’ordre du jour actuellement et qu’elle sera peut-être évoquée après 2015.

Un changement « compliqué »

C’est très compliqué. Il faudra une très longue concertation (…) Il faudra changer les habitudes de beaucoup de gens, faire travailler plus les professeurs, donc il y aura des questions de moyens, a ajouté le ministre. Ça va nous obliger à revoir les examens, et en particulier le fameux baccalauréat, qui occupe les locaux d’un certain nombre d’établissements très tôt dans le mois de juin, a-t-il lancé. Son objectif, a-t-il annoncé, est d’aller progressivement vers 37 à 38 semaines de cours durant l’année, contre 36 aujourd’hui.

Sébastien Sihr, le secrétaire général du SNUipp-FSU (premier syndicat d’enseignants du primaire), confiait dimanche : Ce soir, je n’y comprends plus rien. Même son de cloche du côté du deuxième syndicat d’enseignants du primaire, SE-UNSA : On n’annonce pas comme cela quelque chose de brutal, c’est le meilleur moyen pour que tout le monde se braque, a réagi Christian Chevalier, son secrétaire général. Pour Sébastien Sihr, On est sur un dossier suffisamment sensible, à ce jour pas encore abouti et qui est l’objet de tensions, pour ne pas remettre de l’huile sur le feu. Il appelle Vincent Peillon à se ressaisir et à ne pas faire d’annonces à l’emporte-pièce.

Vincent Peillon va-t-il foncer vers sa réforme ou reculer comme le préconisent les syndicats ?

L. C.