fbpx
Actualités
Partager sur

Reims : L’effondrement d’un immeuble cause la mort de trois personnes

Reims : L’effondrement d’un immeuble cause la mort de trois personnes
Partager
Partager sur Facebook

L’écroulement partiel d’un immeuble de Reims dans la Marne a causé la mort de trois personnes et a fait quatorze blessés, dimanche matin vers 11h. La destruction partielle de l’immeuble serait probablement due à une fuite de gaz

Situé dans le quartier Wilson de la ville, une barre HLM de 50 mètres de long s’est partiellement effondrée. Dix appartements de l’immeuble ont été détruits dû à l’effondrement d’un des pans selon un correspondant AFP. Trois personnes ont été tuées après la violente explosion, un homme, et deux femmes. On décompte quatorze blessés, dont un dans un état grave, et surtout, plusieurs enfants sont actuellement hospitalisés d’après les dires du préfet de la Marne, Pierre Dartout.

Le gaz : cause de l’effondrement

La cause plausible de l’accident pourrait être une explosion engendrée par le gaz de la ville, dont le foyer se situe au-dessus du rez-de-chaussée selon la préfecture : J’ai entendu une énorme explosion qui a fait trembler les murs et brisé les vitres, a expliqué Rafik un habitant de l’immeuble à l’AFP Manuel Valls, ministre de l’Intérieur a tenu à remercier les sauveteurs dans un communiqué, et à saluer la prise en charge optimale des blessés. En effet, l’alerte ayant été donnée à 11h16, les premiers sauveteurs sur les lieux sont arrivés trois minutes après grâce à la caserne la plus proche située à 400 mètres. Le SAMU quant à lui est arrivé seulement trois minutes après les pompiers: un enchaînement rapide et efficace.

Evacuation de 300 habitants

300 habitants ont été évacués de la barre HLM détruite, et de deux immeubles proches du lieu d’accident. Les locataires n’ayant pas trouvé de logement pour la nuit ont été accueillis au Centre international de séjour de Reims. Cécile Duflot ministre du Logement a déclaré qu’ «=une enquête approfondie aura lieu.

Clémence Rouvellat

Photo CC @Francois Nascimbeni. AFP/em>