fbpx
Actualités
Partager sur

Condamné à mort, il agonise pendant 2 heures après l’injection létale

Condamné à mort, il agonise pendant 2 heures après l’injection létale

Le condamné à mort Joseph Wood est décédé 2 heures après son injection létale. C'est la deuxième exécution échouée aux Etats-Unis depuis le début de l'année

Avant de quitter ce monde, Joseph Wood aura passé les pires dernières heures de sa vie. Ce détenu américain condamné à la peine de mort en Arizona a connu deux longues heures d’agonie après l’injection létale censée le faire partir dignement et rapidement.

Condamné en 1989 pour le meurtre de sa compagne et de son beau-père, il recevait hier sa sentence de mort après 25 ans d’incarcération. Son injection a débuté à 13h52 heure locale et Joseph Wood devait rendre son dernier souffle dans les 10 minutes qui suivent. Seulement tout ne s’est pas passé comme prévu.

Les autorités pénitentiaires de l’Arizona (ADC) ont commencé l’exécution à 13H52. A 13H57, les ADC ont rapporté que Joseph Wood était anesthésié, mais à 14H02 il a commencé à respirer. A 14H03, sa bouche a bougé et il continue à respirer depuis lors. Il halète et grogne depuis plus d’une heure ont rapporté ses avocats présent lors des événements. Joseph Wood a finalement été déclaré décédé à 15h42 heure locale.

La deuxième exécution ratée aux Etats-Unis cette année

Ce nouvelle échec survient quelques temps après un autre précédent dans l’Oklahoma : un détenu avait gesticulé et gémi pendant près de 30 minutes après l’injection du cocktail. Ce nouveau scandale relance la polémique d’autant plus que la recette utilisée pour Joseph Wood est la même que pour le détenu mort dans l’Oklahoma : Un anesthésiant appelé midazolam combiné à un dérivé de morphine, l’hydromorphone.

Plusieurs heures avant son exécution, le détenu avait déposé plusieurs recours devant la Cour suprême des Etats-Unis pour demander à faire tomber le secret entourant la composition du cocktail létal tant décrié aux états-Unis. Josep Wood est le 27ème condamné à mort aux Etats-Unis depuis le début de l’année.

En 1989, il avait tué par balle sa petite amie avec qui il avait une relation tumultueuse, ainsi que le père de cette dernière qui n’avait jamais approuvé leur relation.

Source : L’Express